Non, ce n’est pas une blague: sur 15 000 tests positifs, 40% montrent une prise de cocaïne ou d’amphétamines au volant

Non, ce n’est pas une blague: sur 15 000 tests positifs, 40% montrent une prise de cocaïne ou d’amphétamines au volant

L’Institut National de Criminalistique et de Criminologie a publié des chiffres plus qu’ impressionnants. 15 000 tests positifs ont été analysés et 40% d’entre eux révèlent une prise de cocaïne ou d’amphétamines au volant.

Un chauffeur sur quatre conduit sa voiture alors qu’il a pris des substances illicites ou encore il a pris des médicaments. Comme les tests de salive sont trois plus fiables que les tests d’urine, c’est beaucoup plus facile pour les policiers d’arrêter des chauffeurs drogués. Comment ça fonctionne? C’est simple, si un signal apparait sur le test, une analyse sanguine est réalisée par un médecin. Elle révèle le type de drogue présente dans le sang. En gros, tu n’as aucune chance de passer outre. Depuis 2010, 15 000 tests positifs sont partis en laboratoire.

Entre 2012 et aujourd’hui, le nombre de tests positifs a carrément doublé, ce qui est énorme. L’Institut National de Criminalistique et de criminologie (INCC) a annoncé que la plupart des tests étaient positifs en raison de la prise de médicaments. Parce que oui, prendre plusieurs antidouleurs au volant, ce n’est pas le top. Ce qui est vraiment le plus étonnant dans ces chiffres est que 40% des tests ont révélé une prise de cocaïne ou d’amphétamines. Le cannabis reste la drogue la plus prise par les chauffeurs. Rien d’étonnant.

Koen Geens, le Ministre de la Justice (CD&V) a annoncé qu’il allait augmenter le budget pour acheter des tests supplémentaires. 36 000 tests sont prévus pour l’année prochaine. Bref, les automobilistes ont intérêt à être deux fois plus prudents. Regarde le schéma pour mieux comprendre.

Articles sponsorisés