Migration au nord, emploi au sud: une étude révèle les priorités politiques des Flamands et des Wallons

Migration au nord, emploi au sud: une étude révèle les priorités politiques des Flamands et des Wallons

Malgré des priorités différentes, Wallons et Flamands ne sont pas si éloignés politiquement. Une enquête du consortium RePresent révèle les opinions politiques réelles du nord et du sud du pays. 

Ce 26 mai a été pour beaucoup révélateur d’une scission entre Flamands et Wallons. Soudain, une impression de frontière, avec un vote à droite au nord du pays contre un renforcement de la gauche au sud semblait se créer. Pourtant, les modes de pensée entre Flamands et Wallons ne sont pas si éloignés, d’après une étude du consortium RepResent, qui regroupe des politologues de la KULeuven, VUB, UCLouvain, ULB et Université d’Anvers. Ce sont les priorités qui divergent.

L’étude s’est penchée sur deux thématiques importantes pour sonder les 3405 Flamands et 3103 Wallons qui faisaient partie des échantillons interrogés: socio-économique et socioculturelle. Si la première n’est pas touchée par de grandes divergences, la deuxième fait remarquer, non pas une différence radicale dans les opinions, mais bien dans les priorités.

Immigration VS Emploi

Le podium de la Flandre se résume à immigration, sécurité sociale et fiscalité, quand les Wallons vont donner la première place à l’emploi, suivi par l’environnement et la sécurité sociale. Les trois thématiques qui regroupent le moins d’intérêt des deux côtés du pays sont elles la défense, les réformes de l’état et la démocratie.

Quand les chercheurs ont cherché à faire la part des choses quant à la position générale sur le spectre politique, la divergence ne se fait pas tellement ressentir. Avec une échelle de 0 (gauche), à 10 (droite), la Wallonie va remporter un score de 4,97, pour 5,56 en Flandre.

Ce qui fédère, ce sont les questions socio-économiques: pension à 1.500 €, taxer les grosses fortunes, maintien de l’index des salaires… Au nord comme au Sud, tous abordent ces questions avec un angle social, à gauche, même si la Wallonie y va un peu plus fort.

Comme le pointe Antoine Clevers dans un article pour La Libre, c’est “tout profit pour le Vlaams Belang”, qui depuis plusieurs années et l’arrivée de Tom Van Grieken, a continué à garder comme thématique prioritaire l’immigration tout en abordant les questions économiques avec un angle social.

Articles sponsorisés