Lettre à Bob l’Eponge: déjà vingt ans et t’as pas pris une ride

Lettre à Bob l’Eponge: déjà vingt ans et t’as pas pris une ride

Il vit dans un ananas dans la mer. Il compte bien y faire carrière. Ce 1er mai, hier quoi, Bob l’éponge a fêté ses 20 ans! Et ça méritait bien une petite lettre nostalgique.

Bob, tu avais vingt ans hier.

T’aurais pu me prévenir quand même. Une première diffusion, même si c’était pas chez moi, ça se fête (Sponge Bob est sorti le 1er aux États-Unis). Je t’aurais envoyé quelques pâtés de crabe, on aurait été boire un coup, j’aurais même pu rallumer Nickelodeon, je sais pas moi. Mais non, c’est passé comme ça. T’as deux ans de moins que moi et j’ai l’impression que tu m’as tellement appris. Faudra que tu m’expliques un jour comment tu fais.

On s’est rencontré tôt. Ces après-midi de babysitting où j’avais le droit de te regarder avec Patrick faire vos bêtises, où tu me donnais terriblement envie de partir m’installer sous l’eau dans un fruit contondant et d’adopter un escargot. Au final, j’ai opté pour un chat et une colocation, c’est pas mal non plus.

Ça fait vraiment longtemps qu’on s’est pas vus. Il parait que maintenant t’as une comédie musicale, qui a été nommée pour douze Tony Awards. Ça ne m’étonne même pas, je me rappellerai toujours ce jour où t’as réussi à foutre le feu à Bikini Bottom avec Sweet Victory. Je comprenais rien à l’époque, mais qu’est-ce que c’était bien.

Ça résume bien tes histoires en soi: j’y comprenais rien, mes parents n’y comprenaient rien, mais ça nous empêchait pas de chanter ton générique dans le bus vers la piscine. Aujourd’hui, quand je retombe sur l’un de tes épisodes, je comprends un peu mieux. Comment t’as pu te vendre comme une série pour enfants exactement ?

Bien sûr, t’avais tes défauts. Pas sûr qu’on se serait bien entendu aujourd’hui. Comme beaucoup, j’ai changé de camp pour celui de Carlo Tentacule maintenant. Franchement, ton obsession pour la valeur travail t’aurait valu un beau poste chez les Marcheurs si t’avais décidé de choper un scaphandre pour monter à la surface. Je suis sans doute devenue trop cynique pour être ta pote, mais je suis sûre que tu ne m’en tiendrais pas rigueur.

On s’est recroisés deux-trois fois quand même, ces derniers temps. Faudra m’expliquer aussi comment t’as fait pour devenir un mème et venir envahir mon fil d’actu Twitter, Reddit, Tumblr et Facebook. Y avait pas que toi bien sûr, mr Krabs a débarqué avec Patrick et toute la bande.

D’ailleurs, ta petite bande, on peut en parler? Sandy m’a quand même donné envie de devenir un écureuil karatéka à une époque. Ok, j’ai toujours envie de devenir un écureuil karatéka, mais là n’est pas la question. Même Patrick m’aura appris à déstresser et mettre mon cerveau sur « off » par moments. J’irais pas jusqu’à dire qu’il a été une voix de la sagesse pour moi, mais je connais quelqu’un qui se l’est fait tatouer sur la cuisse, donc il doit l’être au moins pour une personne.

T’en es déjà à ta onzième saison, et en t’écrivant cette lettre je découvre que tu t’es attiré pas mal de soucis en fait. T’es au courant qu’il y a un docteur qui t’a accusé de promouvoir l’homosexualité chez les enfants? Que la Fox trouve que tu imposes un agenda sur le réchauffement climatique? Que le jour où tu t’es fait virer du Crabe Croustillant en 2013, les libéraux et les conservateurs ont commencé à débattre pour savoir si t’essayais de faire passer un message contre le chômage et que t’es devenu une icône des conservateurs?

Enfin bref. T’avais vingt ans hier et je regrette de pas m’en être rendue compte. Oui, je suis devenue cynique, mais je prends quand même le temps d’écrire une lettre à une éponge fictive qui vit dans un ananas dans la mer. Faut croire qu’au fond, il me reste un peu de ta naïveté et de ton enthousiasme quelque part.

Oh ça va, laissez moi mon moment émotion

Du coup, merci. Fête ça bien surtout. Je te laisse, je dois préparer ma correspondance avec les Simpsons. On se revoit en 2020 pour ton nouveau film?

La bise,

Lola

Articles sponsorisés