Les fumeurs auraient plus de chances de finir en hôpital psy

Unsplash

Les fumeurs sont plus susceptibles d’être atteints d’un trouble psychiatrique. Le risque de devenir maniaco-dépressif est de 1,5 à 2 fois plus élevé. C’est ce que nous annonce une nouvelle étude d’Amsterdam UMC publiée dans The British Journal of Psychiatry.

Le tabagisme est souvent lié à des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Il semble maintenant qu’un lien puisse être trouvé entre les deux. Le médecin néerlandais et l’un des auteurs de la nouvelle étude, Jentien Vermeulen, a montré que fumer rend les gens plus malades.

Beaucoup de fumeurs en hopital psy

“C’est peut-être parce que la nicotine perturbe l’équilibre chimique du cerveau. Mais nous savons aussi que le tabac contient de nombreuses substances toxiques. Ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires. Cela pourrait également contribuer au déséquilibre dans le cerveau”, a expliqué Vermeulen au journal néerlandais AD.

Vermeulen a également constaté dans l’étude que jusqu’à 67 pour cent des personnes atteintes de psychoses graves fument. “Tout psychiatre sait que les patients atteints d’un trouble psychiatrique meurent jusqu’à quinze ans plus tôt que les autres. C’est très souvent dû au tabagisme. Mais il y a une culture enracinée où l’idée est que fumer fait partie de la psychiatrie.”

Fumer conduit-il à des troubles psychiatriques?

Pour la conception de la recherche, Vermeulen a utilisé diverses bases de données sur l’information génétique d’un million de personnes en Amérique et en Europe. Au cours des dernières années, il est devenu plus courant de trouver un lien entre le tabagisme et un trouble psychiatrique. Le tabagisme représente un risque supplémentaire, mais il ne peut pas être à l’origine de troubles psychiatriques graves.

Getty Images

Vermeulen estime que la psychiatrie est à la traîne en termes de mesures antitabac. En psychiatrie, il y a l’idée que fumer peut servir d’automédication pour un patient.

Dès janvier, Vermeulen a publié une étude qui a montré que l’automédication n’est pas la voie à suivre. Les fumeurs avaient plus de problèmes de mémoire que les non-fumeurs. De plus, les fumeurs étaient plus susceptibles de présenter des symptômes psychotiques et dépressifs.

Selon l’étude, le fait d’arrêter de fumer présentait des avantages. Les patients atteints de psychose étaient capables de penser plus rapidement. “Arrêter de fumer peut donc aussi avoir des effets psychologiques bénéfiques “, explique M. Vermeulen.

Articles sponsorisés