Le terroriste de Christchurch a utilisé le nom de PewDiePie pour rendre sa vidéo virale

Le terroriste de Christchurch a utilisé le nom de PewDiePie pour rendre sa vidéo virale

Brenton Tarrant, l’auteur de l’attaque des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a crié “n’oubliez pas de vous abonner à Pewdiepie” avant de perpétrer la fusillade. Le Youtubeur est horrifié de voir son nom entaché par cette histoire. Les spécialistes estiment que le terroriste a truffé sa vidéo de détails absurdes pour la rendre virale.

L’auteur du massacre de Christchurch de ce vendredi s’est filmé en direct en train de tirer sur des musulmans. Peu avant de perpétrer la fusillade, le terroriste a déclaré: “Souvenez-vous, les jeunes, abonnez-vous à PewDiePie”.

PewDiePie, Felix Kjellberg de son vrai nom, s’est dit “absolument écoeuré” d’apprendre que son nom ait été prononcé par l’un des tireurs.

“Je viens d’entendre les nouvelles dévastatrices de Christchurch en Nouvelle-Zélande. Je me sens absolument écoeuré de voir mon nom prononcé par cette personne. Mes pensées vont aux victimes, aux familles et à toutes les personnes touchées par cette tragédie”, a-t-il tweeté.

Faire une vidéo virale

Le Youtubeur suédois, l’un des vidéastes les plus regardés au monde, a souvent été associé à des polémiques racistes. Mais il n’a absolument aucun lien avec les tueurs. Le terroriste d’extrême-droite, qui semble être familier des forums de l’alt-right et de leur langage, aurait en quelque sorte fait un dernier “trollage” pour induire les enquêteurs en erreur.

Il a utilisé un nom qui parle à des millions de gens de par le monde (89 millions de followers sur YouTube) pour rendre sa vidéo virale. Dans sa vidéo de 17 minutes filmée comme un FPS, on voit l’arme de Tarrant tirer sur les pratiquants. Puis on voit ses mains conduire sa voiture dans les rues de Christchurch au son de Fire, un morceau d’Arthur Brown. Une foule de détails presque divertissants qui entrent en contradiction avec l’horreur de ce crime raciste et haineux.

Cet aspect paradoxal aurait participé de la viralité de la vidéo. Des heures après l’attaque, la vidéo tourne encore sur Twitter, Instagram, Facebook, Youtube et Reddit.

Le danger du manifeste

Joan Donovan, directeur du projet de recherche sur la technologie et le changement social au Shorenstein Center de Harvard Kennedy, pense que c’est une stratégie du tueur pour brouiller les pistes. Brenton Tarrant a publié un manifeste de 74 pages qui a été retrouvé par la police australienne. Pour Donovan, “ce manifeste est un appât. Il est chargé de mots-clés qui mènent à des pièges d’extrême droite”. “Ne le republiez pas”, alerte le chercheur.

Kevin Roose, du New York Times, ajoute: “Médias: soyez prudent avec le manifeste du tireur néo-zélandais. C’est rempli d’ironie et de méta-discours très facile à mal interpréter si vous n’êtes pas plongé dans ce genre de choses tout le temps (et même si vous l’êtes).”

Articles sponsorisés