Le site de Koen Geens est ultra efficace: après un trafiquant de drogues, un deuxième criminel “most wanted” vient d’être arrêté

Le site de Koen Geens est ultra efficace: après un trafiquant de drogues, un deuxième criminel “most wanted” vient d’être arrêté

Avec le site internet “Belgium’s most wanted”, Koen Geens a vraiment eu l’idée du siècle. Il permet d’aider les forces de l’ordre en répertoriant les photos des vingt criminels les plus recherchés en Belgique. Et il marche plutôt bien. Depuis son lancement au début du mois de novembre, la police a réussi à arrêter deux personnes de la liste. Après un trafiquant de drogues le 5 novembre, c’est maintenant un fugitif accusé d’homicide volontaire qui vient d’être intercepté aux Pays-Bas. 

Il y a à peine quelques jours, le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) lançait le site “Belgium’s most wanted“. Son but? Dévoiler la photo des vingt criminels les plus recherchés de Belgique pour aider les forces de l’ordre à les arrêter. Et son idée marche plutôt bien. Un deuxième fugitif vient d’être attrapé aux Pays-Bas.

Quelques heures à peine après le lancement du site, les autorités avaient déjà réussi à retrouver le trafiquant de drogues Marc De Block à Dilbeek. Aujourd’hui, elles sont parvenues à intercepter un deuxième fugitif de la liste avec l’aide des autorités néerlandaises. Dans un communiqué, la police belge et le ministère public néerlandais ont annoncé l’avoir arrêté à l’intérieur d’un appartement à Almere aux Pays-Bas. Et c’est grâce au site que l’équipe FAST de la police fédérale a reçu une indication sur sa localisation exacte, selon le communiqué.

Condamné pour homicide volontaire

Le criminel en question est un Belge de 31 ans qui s’appelle Gabriel Fodderie. Il avait été condamné le 26 mars 2014 par le tribunal de première instance de Bruxelles à une peine de prison de dix ans pour homicide volontaire.

En 2009, il avait tué à l’aide d’un couteau une personne dans le club “Le Privé” à Bruxelles. Quatre ans plus tard, il avait commis un home-jacking avec violence, puis un autre délit en matière de stupéfiants.

La Libre Belgique

Articles sponsorisés