Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) le promet: les victimes des attentats vont enfin bientôt avoir un statut

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) le promet: les victimes des attentats vont enfin bientôt avoir un statut

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), a annoncé dans l’émission De Zevende Dag que les victimes des attentats allaient enfin être reconnues. Un plan est sur la table, il devrait être proposé au parlement en février. 

Les survivants de attentats de Bruxelles et de Maelbeek du 22 mars dernier ainsi que les familles des victimes déplorent le manque de considération de la part des autorités ainsi que la difficulté des démarches administratives. Cinq personnes se sont exprimées à ce sujet dans la commission d’enquête parlementaire la semaine passée. Ils ont poussé un véritable appel à l’aide: “Chers membres de la Commission, reconnaissez-nous. Aidez-nous. Nous nous sentons délaissés. Personne ne comprend ce que nous ressentons dans cette immense tristesse.”

Enfin un plan

On sait que la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open-VLD), et le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), planchaient sur le sujet depuis un moment. Mais cette fois, il semble y avoir une proposition concrète. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), dans l’émission De Zevende Dag ce dimanche. Un plan serait sur la table et il sera proposé au parlement en février. Les victimes des attentats bénéficieront alors d’un statut de reconnaissance nationale.

Des démarches difficiles et lentes

Pour le moment Geens résume l’aide financière que reçoivent les victimes: “Elles reçoivent un montant forfaitaire de 5000 euros, 6000 euros pour les frais funéraires et les plafonds sont rehaussés si l’assurance n’intervient pas. Nous allons aussi compenser les dommages jusqu’à 120.000 euros, y compris les dommages moraux. L’aide d’urgence va jusque 30.000 euros.” Il reconnaît cependant que les démarches ne sont pas parfois pas faciles et plutôt lentes. Il a appelé les sociétés d’assurances à “un peu moins de formalité et plus de rapidité, tout comme le gouvernement.”

Articles sponsorisés