L’application Touche pas à Ma Pote contre le harcèlement de rue pourrait connaître un point final

Getty Images

L’application qui servait à connaître les lieux d’agression liés au harcèlement de rue pourrait connaître un point final, par manque de financement. L’ASBL recherche des financements privés et lancera prochainement une campagne de crowdfunding.

Touche Pas À Ma pote avait été lancée il y a deux ans afin de tenter de créer une forme de protection solidaire chez les personnes victimes d’harcèlement de rue. Le principe: grâce à l’application, on pouvait signaler une agression, et ainsi alerter les personnes à proximité.

2.480 téléchargements la première année

Avec 2.480 téléchargements en un an, l’appli connaissait son succès et permettait de donner une certaine visibilité au harcèlement de rue. Cependant, par manque de financements, comme le rapporte la RTBF, elle pourrait bien connaître un point final.

“Ce projet bénéficiait exclusivement d’un financement public, sur deux ans, depuis 2017. (…) Une app, cela doit être développé, adapté à un territoire puisque nous travaillons sur la géolocalisation. Elle doit être proposée en deux langues. Il y a une licence et une maintenance à financer. Il y a des réponses à donner aux utilisateurs, une modération à assurer, il faut surveiller les alertes… Enfin, il y a la promotion régulièrement de l’application.” a déclaré Béa Ercolini (cdH), présidente de l’ASBL Touche Pas À Ma Pote.

Financements privés et crowdfunding

L’application ne fonctionne déjà plus aujourd’hui mais pourrait être sauvée par une campagne de crowdfunding lancée prochainement. Elle permettra de relancer l’application d’ici 2020 (si elle atteint ses objectifs). Des financements privés seront eux aussi sollicités.

Outre son rôle de lanceuse d’alerte, elle a également permis de récolter des statistiques: sur 100 alertes la première année, 65 portaient sur des agressions en rue, 35 dans les transports, pour 64 agressions physiques à travers la Belgique.

Articles sponsorisés