L’Allemagne a un plan pour décourager les migrants: renvoyer directement en Afrique ceux qui ont été secourus en mer

L’Allemagne a un plan pour décourager les migrants: renvoyer directement en Afrique ceux qui ont été secourus en mer

Après avoir ouvert ses portes aux migrants ces derniers mois, l’Allemagne veut les refermer. Ou en tout cas, elle veut que moins de migrants viennent en Europe. Thomas de Maizière, le ministre de l’Intérieur allemand, propose que les migrants secourus en mer soient du coup directement renvoyés en Afrique, où ils attendraient de savoir si oui ou non leur demande d’asile est acceptée.

“L’absence de perspectives pour atteindre la côte européenne pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les migrants s’abstiendront de faire un voyage dangereux en risquant leur vie”: voilà comment le porte-parole du ministère de l’Intérieur allemand a justifié ce projet dans les colonnes du journal Die Welt.

Alors que près de 4.220 personnes sont déjà mortes en tenant de rejoindre l’Europe par la mer depuis le début de l’année, l’Allemagne propose cette solution pour décourager les migrants de venir en Europe.

La Tunisie ou l’Égypte comme pays d’accueil?

Les réfugiés qui seraient secourus en mer ne seraient pas ramenés en Europe mais reconduits directement en Afrique. Il faudrait pour cela trouver un pays d’accueil, comme la Tunisie ou l’Égypte selon Die Zeit. Ce pays recevrait une aide financière de l’Europe pour accueillir les migrants, comme cela a été le cas avec la Turquie il y a quelques mois.

Aucun détail n’est par contre donné sur les possibles conditions d’hébergement des migrants sur place. Ils attendraient en fait de savoir si leur demande d’asile en Europe est acceptée: si oui, ils pourraient faire le voyage en Europe, dans le cas contraire ils devraient repartir dans leur pays d’origine.

Comme en Australie

Cela ressemble beaucoup à la politique migratoire de l’Australie, régulièrement critiquée pour ça par des ONG des droits de l’homme. “L’objectif est de protéger les migrants de la traversée dangereuse de la Méditerranée” assure le porte-parole du ministère de l’Intérieur, qui veut également viser les passeurs avec ce projet.

Critiqué par l’opposition en Allemagne, ce projet n’aurait toutefois pas encore été débattu à l’échelle européenne. Reste à voir si ce sera le cas dans les semaines ou mois à venir.

Articles sponsorisés