La grande muraille de Calais: face aux réfugiés, la Grande-Bretagne construit un mur de quatre mètres de haut sur un kilomètre

La grande muraille de Calais: face aux réfugiés, la Grande-Bretagne construit un mur de quatre mètres de haut sur un kilomètre

Le ministre britannique de l’Immigration vient de le confimer: sur le territoire français, la Grande-Bretagne va construire un mur de quatre mètres de haut et d’un kilomètre de long, pour freiner le flux de migrants vers le Royaume-Uni et les empêcher de prendre les camions d’assaut.

Chaque nuit, la rocade portuaire, à la périphérie de Calais, est prise d’assaut par les migrants, prêts à tout pour continuer leur route vers le Royaume-Uni. Si ce n’est pas du goût des locaux, ce n’est pas non plus du goût du royaume insulaire, de l’autre côté de la Manche. Les Britanniques mettent donc la main à la poche, et un bon deux millions d’euros sur la table, pour construire un mur de béton, mais “végétalisé” (pour le paysage!). Celui-ci fera quatre mètres de haut et un kilomètre de long. Il devrait être là d’ici un mois.

Et ce n’est pas tout: la Grande-Bretagne passera aussi à la caisse pour installer des grillages supplémentaires dans la même zone.

La France au pied du mur

François Guennoc, de l’Auberge des Migrants, souligne que ce mur est juste une addition à toute une armada de grillages et de surveillance déjà en place. Les migrants vont simplement prendre plus de risques pour le contourner et, probablement, faire l’affaire des trafiquants divers.

Ces derniers jours, le gouvernement français est particulièrement sous pression pour le dossier de Calais: lundi, les transporteurs mais aussi des commerçants et des habitants de la région ont participé à une opération escargot et ont formé une chaîne humaine. Le but? Exiger que la Jungle de Calais soit démantelée, en une fois.

Articles sponsorisés