Jusqu’où iront les pays nordiques? Après la Norvège, c’est le Danemark qui veut fermer ses frontières aux migrants

Jusqu’où iront les pays nordiques? Après la Norvège, c’est le Danemark qui veut fermer ses frontières aux migrants

Le gouvernement danois a proposé ce mardi une loi qui permettrait de fermer les frontières du pays aux migrants si les demandes venaient à exploser dans les mois à venir. La mesure est inspirée par une loi adoptée en juin en Norvège, qui autorise la police à refouler toute personne se présentant à la frontière pour demander l’asile. Aussi, on a appris que la Norvège a commencé à construire une barrière de 300 mètres pour fermer le passage depuis la Russie. A l’exception de la Suède, les pays nordiques sont clairement en train de se replier sur eux-mêmes.

“Nous devons pouvoir gérer la pression. C’est pourquoi nous introduisons un frein d’urgence pour être en mesure de refouler les demandeurs d’asile à la frontière (…)”, a affirmé la ministre danoise à l’Immigration, Inger Støjberg.

Le gouvernement danois a donc proposé de faire voter une loi qui permettrait de fermer sa frontière à tous les migrants, qu’ils soient d’Europe ou d’ailleurs. La mesure est soutenue par le gouvernement à dominance libérale et sous la pression du Parti populaire danois, grand partisan d’un durcissement des lois sur l’immigration.

Et ce n’est pas tout: les autorités veulent aussi restreindre le droit aux allocations sociales pour les demandeurs d’asile, elles veulent également sécuriser davantage les centres où ils sont logés et enfin, faciliter l’expulsion de ceux dont la demande est rejetée.

Que se passe-t-il dans les pays nordiques?

Cette proposition de loi est directement inspirée par une loi votée en Norvège en juin dernier. Cette loi autorise de refouler toute personne qui se présenterait comme demandeur d’asile, qu’elle soit en situation de crise ou qu’elle vienne d’un autre pays nordique.

La Norvège s’est aussi faite remarquer en entamant depuis le 22 août dernier la construction d’une barrière longue de 300 mètres à sa frontière avec la Russie. Le but ici est de contrôler ce point d’entrée de l’espace Schengen et de ralentir l’afflux de réfugiés sur son sol. Il s’agit en fait de bloquer cette “route de l’Arctique” que des milliers (5.500) de demandeurs d’asile ont décidé d’emprunter l’automne dernier suite à la fermeture de la route des Balkans.

L’exception suédoise

La Norvège et le Danemark semblent donc prendre un sérieux virage identitaire et écornent par la même occasion leur image de pays tolérants et parfois insouciants, favorisée par une économie enviée dans toute l’Europe.

Concrètement, le Danemark a accepté 10.205 demandes en 2015 et la Norvège 7.150, soit juste derrière la Belgique avec 10.900 demandes. Ramenés à leur population, ces pays se trouvent dans la bonne moyenne des pays accueillants. Le Danemark est en 6e position et la Norvège en 9e parmi les pays européens.

Mais à titre de comparaison, la Suède a elle accueilli 34.470 migrants! Proportionnellement, cela fait de la Suède la pays ayant accueilli le plus de demandeurs d’asile en 2015. Et de loin. Pourtant, on ne voit pas apparaître ce genre de lois dans ce pays.

Sources: Le Figaro, Le Monde, Eurostat, Le Soir.

EUROSTAT

Articles sponsorisés