ING a un sérieux problème de com’: la banque ordonne à ses employés de se taire

ING a un sérieux problème de com’: la banque ordonne à ses employés de se taire

La banque ING a un sérieux problème de communication. Pour annoncer le renvoi de plus de 3.000 personnes, la banque avait parlé d’une “transformation fondamentale et innovante.” Ce cynisme était très mal passé. Mais aujourd’hui, la banque va jusqu’à menacer ses employés pour qu’ils ne parlent à personne.

Les employés d’ING ont encore reçu un mail qui n’est vraiment pas bien passé. Cette fois, le CEO, Rik Vandenberghe, ne les informe pas qu’ils sont renvoyés pour le bien-être de l’entreprise mais il leur impose de ne faire aucun commentaire. Même si eux ou leurs collègues vont être virés, les employés sont tenus de ne rien dire de mal sur ING.

Dans le mail, les dirigeants de l’entreprise demandent à leurs employés de ne pas communiquer avec la presse et ils leur recommandent sur un ton menaçant de ne poster aucun commentaire négatif sur Facebook, Twitter ou n’importe quel autre réseau social. Et aux employés dont les connaissances ont un verbiage plutôt remonté contre ING, il est simplement conseillé de… bloquer ces contacts. Et si le blocage ne fonctionne pas? Supprimer leurs comptes!

“Agressif et provocateur”

“Il est clair que la direction du groupe a un gros problème de communication,” explique à La Libre Belgique Philippe Samek, de la CNE Finances. “Le CEO néerlandais est très agressif et provocateur, là où son homologue belge essaie de se montrer plus tempéré et cordial. Ce n’est pas le premier courrier envoyé qui choque.”

Vendredi, le CEO a envoyé un mail aux clients de la banque. Mais de nombreux employés étant également clients d’ING, ils ont aussi reçu ce message: “ING a toujours accordé une très grande importance à vos besoins.” Le genre de phrase qui peut faire rager à la veille d’un licenciement.

Faire peur

Le mail envoyé aujourd’hui par ING a pour objectif de faire peur aux employés, explique Samek.“On dit à l’employé qu’il a plutôt intérêt à se tenir à carreau car le licenciement pèse sur ses épaules. Et le moindre faux pas pourrait lui coûter son poste.”

Vendredi, les employés d’ING sont appelés à faire grève. On verra comment ces mails auront été interprétés. Peut-être que la menace fonctionnera et que certains d’entre eux opteront pour le télétravail. Mais le message du CEO pourrait très bien agir dans l’autre sens et faire remonter un sentiment de révolte…

Source: La Libre Belgique

Articles sponsorisés