Hommes et femmes, tout le monde est excité par le porno et c’est la science qui le dit

Unsplash

On le sait bien, les hommes aiment mater du porno. Ça les excite, eux, alors que les femmes, elles, ne sont surtout pas comme ça. C’est le cliché qu’on t’a mis en tête, pas vrai? Eh bien, à en croire la science, ce cliché ne tient pas la route. Des chercheurs ont démontré qu’il n’y a en fait pas de différence entre l’excitation des hommes et des femmes devant du contenu pornographique.

Les femmes ne s’intéressent pas à ça, alors que les hommes aiment bien se mater un petit film porno de temps à autres, non? Pour en découdre avec ce cliché, les chercheurs du Max Planck Institute for Biological Cybernetics, en Allemagne, se sont mis au travail. Et les premiers résultats de leurs travaux sont formels: tu ferais bien de reléguer tes clichés au vestiaire.

Comment réagit ton cerveau quand tu mates du porno?

Cette ambitieuse méta-étude, menée par ce centre de recherches allemand dédié au cerveau, s’est penchée sur les résultats de plus de 61 études. En somme, beaucoup de cerveaux humains ont été scannés et examinés par la science et pour la bonne cause. Toutes ces études portaient sur les différences entre hommes et femmes et sur l’excitation sexuelle d’un point de vue biologique. En bref, ils ont regardé comment le cerveau humain, masculin et féminin, réagit (ou pas) quand on regarde du porno.

A travers ces études, quelques petites différences ont pu être observées entre les sujets masculins et féminins, mais la méta-étude est formelle. Homme ou femme, qu’importe. Tout le monde est excité devant des images érotiques.

Comment la science a-t-elle pu en arriver à cette conclusion? Les chercheurs l’ont clairement vu dans la région amygdale du cerveau, mais aussi dans le cortex insulaire (une zone de ton cerveau qui joue un rôle dans les émotions et les sentiments) et le striatum (la région impliquée dans la prise de décision). Quand on demande aux cobayes de regarder de la pornographie, on constate une augmentation de l’activité dans cette région du cerveau. Et ce, autant chez les hommes que les femmes.

Autre détail surprenant de cette recherche sur le porno, c’est qu’apparemment, on serait plus excité par les photos explicites que par les images en mouvement, donc que par les films. Aussi, si aucune différence n’est véritablement observée entre les sexes biologiques, il y a plutôt une différence selon l’orientation sexuelle des personnes soumises aux tests.

Le grand tabou, les femmes et la porno?

Comment se fait-il, alors, que – même si on ne veut pas généraliser – tout le monde pense que les femmes n’aiment pas ou ne matent pas de porno? Selon ces chercheurs, ce serait parce que les résultats des études antérieures sur le sujet, basés sur de petits groupes de sujets seulement, auraient été gonflés. De plus, beaucoup d’études portaient plutôt sur la qualité du matériel érotique. A chacun son petit plaisir, finalement.

D’autres raisons, sociales cette fois, expliquent également pourquoi ce cliché des femmes anti-porno persiste. “La sexualité féminine est encore très stigmatisée”, dit Hamid Noori, l’un des chercheurs, à The Guardian. “La raison principale, c’est peut-être qu’il existe des facteurs secondaires d’inhibition chez les femmes, qui les empêchent de s’exprimer et de dire ce qu’elles ressentent vraiment. Parce qu’en ce moment, notre étude montre déjà que les hommes et les femmes ne sont pas si différents que ça.”

Articles sponsorisés