Histoire de dingue bien américaine: cet homme est de nouveau condamné à mort… pour la deuxième fois

Histoire de dingue bien américaine: cet homme est de nouveau condamné à mort… pour la deuxième fois

Romell Broom est un cas unique dans les annales de la justice américaine. Cet homme avait été condamné à mort en 2009 pour avoir violé et tué une adolescente. Miracle, il a survécu à son exécution. Mais la Cour suprême s’acharne contre lui et refuse de lever la sentence: il sera exécuté pour la deuxième fois.

C’est la grosse polémique judiciaire en ce moment aux États-Unis. L’Américain Romell Broom est un miraculé, il a survécu à sa peine de mort en 2009. Mais il est loin d’être sorti de l’auberge. La Cour suprême a rejeté sa procédure en appel lundi et maintient sa peine capitale. Il doit donc être exécuté “pour la seconde fois”.

Son histoire est unique. Le 15 septembre 2009, Romell Broom a été reconnu coupable d’avoir violé et tué une adolescente en 1984. Pendant plus de deux heures, ses bourreaux ont essayé de lui injecter un produit mortel avec un cathéter. Mais en vain, ils n’ont pas réussi à atteindre ses veines. Ils ont piqué tellement de fois ses bras et ses jambes que les agents pénitentiaires ont finalement décidé de suspendre son exécution.

Il a pourtant la Constitution américaine derrière lui

Romell Broom est sorti vivant de la prison de Lucasville, dans l’État de l’Ohio. Mais il crevait de mal partout à cause des piqûres. Pourtant, le 8ème amendement de la Constitution américaine interdit les “peines cruelles ou inhabituelles” et inscrit noir sur blanc que personne ne peut être puni pénalement deux fois pour les mêmes faits.

Selon ses défenseurs, il devrait légalement échapper à une seconde peine de mort à cause de l’expérience mentale et physique qu’il a dû subir. Ses avocats ont essayé de le défendre en expliquant à la Cour suprême: “Pendant deux heures l’État de l’Ohio a essayé de l’exécuter. Du fait que Broom avait largement dépassé le point où il s’attendait à mourir de façon imminente, et qu’il a subi d’intenses douleurs et souffrances, une seconde tentative de l’exécuter est infondée”.

Mais la majorité des huit juges a voté contre. Il est donc condamné une deuxième fois à la peine capitale. À voir si ses veines le sauveront encore une fois.

Articles sponsorisés