En finir avec le sacs poubelles dans les rues de Bruxelles, c’est ce que propose Pascal Smet (sp.a)

En finir avec le sacs poubelles dans les rues de Bruxelles, c’est ce que propose Pascal Smet (sp.a)

Les Français qui débarquent à Bruxelles sont toujours choqués de voir tous ces sacs remplis de déchets qui jonchent les trottoirs de la capitale. Mais cela pourrait changer. Dans son programme pour one.brussels, le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux Publics Pascal Smet (sp.a) propose un point déchet dans chaque rue.

C’est une habitude que les Bruxellois ont pris: descendre les sacs poubelles un certain jour de la semaine fixé par le calendrier de Bruxelles-Propreté. Résultat: les rues de la capitale belge sont continuellement jonchés de sacs plastiques de différentes couleurs. Certains veulent que cela change, comme par exemple, Pascal Smet, le ministre bruxellois de la Mobilité.

« Bruxelles est une ville aux innombrables coins et recoins charmants qui servent malheureusement trop souvent à entreposer des déchets et autres immondices. La multiplicité des services en charge de la propreté empêche de mener le travail à bien », peut-on lire sur le site de one.brussels, la liste socialiste tirée par le ministre Smet.

« Finis les sacs poubelles devant la porte, plaçons des conteneurs souterrains à une distance maximale de 100 mètres de chaque logement et pratiquons la tolérance zéro pour ceux qui jettent des détritus dans la rue. Ils y arrivent bien ailleurs, pourquoi à Bruxelles ne pourrions-nous pas garder nos quartiers propres? », poursuit le texte.

Une seule ville-région

Cette proposition fait partie des 11 travaux de one.brussels, la liste qui se présente aux élections régionales non comme un projet politique mais comme « une déclaration d’amour à une ville et à ses habitants ». One.brussels veut améliorer la capitale et l’un de ses projets les plus pharaoniques serait de supprimer les 19 communes pour ne créer qu’une seule ville.

« Halte au morcellement qui est source de tant de chaos, de gaspillage et d’injustice. Une administration unique, un seul CPAS, une seule zone de police », peut-on lire sur le site, qui tente la comparaison avec New York (8,6 millions d’habitants). « Si la métropole new-yorkaise est dirigée par 53 responsables politiques, Bruxelles [1,1 millions d’habitants, ndlr] en compte plus de 900″.

Reste à voir si ce projet ambitieux verra le jour. Il faudrait que one.brussels garde les clés de la Région bruxelloise durant les cinq prochaines années et parvienne à convaincre toutes les personnes concernées de quitter leur poste. Les points déchets semblent plus faciles à réaliser. Même si cela signifie que des travaux seraient à prévoir à chaque coin de rue.

Articles sponsorisés