Left Right
scrollTop top

En Antarctique, un glacier est à deux doigts de s’effondrer et de provoquer une montée des eaux de 3 mètres


© Isopix

L’Antarctique est un peu le baromètre du climat de la planète: si la glace y fond trop rapidement, les conséquences sur le reste du globe pourraient être catastrophiques. Et justement, un glacier de l’Antarctique inquiète énormément la communauté scientifique. Il est en effet sur le point de s’effondrer, entrainant une montée des eaux catastrophique.

À l’extrême sud de la planète, le Pine Island Glacier inquiète énormément la communauté scientifique. Il est l’un des glaciers les plus importants de l’Antarctique, drainant une zone de l’ouest du continent d’une superficie trois fois supérieur à celle du Royaume-Uni. Actuellement, il fond beaucoup trop rapidement. Par exemple, en février 2020, il a perdu un iceberg de la taille de l’île de Malte. Et tu t’en doutes, cela peut avoir des conséquences catastrophiques sur le reste de la planète.

Point de non-retour

Dans cette région de l’Antarctique, deux glaciers sont responsables d’environ 10% de l’élévation du niveau de la mer. Mais en ce moment la situation est encore pire qu’habituellement. En effet, les chercheurs pensent que la région pourrait bientôt atteindre un point de non-retour qui entrainerait l’effondrement de tout l’ouest de la calotte glaciaire du continent. Et bien sûr, cela ferait monter dangereusement le niveau des océans.

Les glaciologues de l’université de Northumbria (Royaume-Uni) ont donc étudié plus en profondeur le glacier de Pine Island et ont découvert trois points de non-retour dont le plus important est provoqué par l’augmentation de la température de l’océan de 1,2 degré. Une tellement augmentation pourrait conduire à un retrait irréversible du glacier.

« Notre étude est la première à confirmer que Pine Island Glacier peut franchir des seuils critiques, explique un des chercheurs », Sebastian Rosier, dans un communiqué de l’université de Northumbria. « Alors que de nombreuses simulations montraient des périodes de recul sans pouvoir les assimiler à un point de basculement, notre méthodologie permet d’identifier ces seuils ».

Les éléments se déchainent

Selon l’équipe de chercheurs, de nombreux éléments ont conduit à une telle situation. Il y a bien évidemment le réchauffement global des eaux profondes mais surtout une variation de la configuration des vents de la mer d’Amundsen exposant les glaciers à des eaux bien plus chaudes que d’habitude. Résultat: la situation du Pine Island Glacier pourrait basculer dans ce fameux point de non-retour.

Cette étude constitue une avancée majeure dans notre compréhension de la dynamique des glaces de l’Antarctique et je suis ravi que nous ayons enfin pu apporter des réponses fermes à cette question importante. Mais nos résultats m’inquiètent également. Si le glacier entrait dans une retraite instable et irréversible, l’impact sur le niveau de la mer pourrait être mesuré en mètres et une fois que la retraite commence, il pourrait être impossible de l’arrêter.

Hilmar Gudmundsson, glaciologue.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…