Des milliers de gens meurent de faim dans les villes assiégées de Syrie et du Yémen

Des milliers de gens meurent de faim dans les villes assiégées de Syrie et du Yémen

Un cessez-le feu a été mis en place ce week-end en Syrie. Si cette trêve calme le quotidien de milliers de personnes, cela ne remplira pas leur ventre pour autant. Dans les zones assiégées de Syrie, des milliers de personnes sont mortes de faim, selon l’Organisation des Nations Unies. Et plusieurs millions de Syriens nécessitent une aide d’urgence dans des zones quasi inaccessibles. 

Cette semaine, l’ONU veut collaborer avec d’autres organismes pour en venir en aide à 150.000 Syriens dans les zones assiégées. Les Nations Unies ont préparé de l’approvisionnement de secours pour environ 1,7 million de personnes vivant dans des endroits difficiles d’accès.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un cessez-le feu a été mis en place dans une grande partie de la Syrie. Dans une déclaration, l’ONU a émis l’espoir que cette trêve puisse durer un mois afin que la population de quinze zones de Syrie puisse recevoir l’aide nécessaire.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) tente de répondre aux besoins urgents dont souffre la population syrienne. Chaque mois, le PAM fournit des rations alimentaires à des millions de Syriens touchés par le conflit.

Le Yémen souffre aussi

Et il n’y a pas qu’en Syrie qu’intervient le Programme alimentaire mondial des Nations Unies. L’une des plus grandes villes du Yemen, Taiz, est le centre de nombreux combats entre les rebelles houthistes et les partisans du président déchu Ali Abdullah Saleh. Selon le PAM, 1.300 civils auraient trouvé la mort dans ce conflit. Et la famine guette la population qui survit actuellement dans cette ville coupée du reste du monde. Dans cette ville, la nourriture et l’aide médicale n’arrivent plus.

Et la situation pourrait dégénérer. Dans un article du journal Independent, on peut lire qu’environ 70% de la population de la ville auraient fui par manque d’eau, de nourriture et d’aide médicale. Il y est ajouté que 37 hôpitaux et centres médicaux auraient dû fermer leurs portes parce qu’ils n’avaient plus les moyens de faire fonctionner leurs générateurs. Et à côté de ça, les citoyens doivent aussi faire face quotidiennement au conflit, aux bombardements et à la violence.

Mi-février, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est parvenu à entrer dans la ville de Taiz afin de fournir de la nourriture pour 18.000 personnes. Il y avait assez d’aliments tels que de l’huile d’olive, du sucre ou encore du blé pour nourrir une famille de six personnes durant un mois.

Source: Le Programme alimentaire mondial, Independent

Articles sponsorisés