Daech à la dèche ?

Daech à la dèche ?

Daech fait face à des difficultés financières et diminue de moitié les salaires de ses combattants. Le groupe, auto-proclamé Etat islamique et dont le but est d’établir un califat s’étendant sur l’Irak et la Syrie, connaîtrait-il une panne sèche qui pourrait ralentir son expansion ?

Mener des actions militaires, avoir des combattants, les nourrir, les payer, entretenir les bases militaires, verser une pension aux familles, rééduquer les profs avant de rouvrir les écoles, administrer les territoires conquis, engager les ingénieurs qui s’occupent des sites pétroliers et gaziers, tourner des clips de propagande en mode Hollywood, etc., bref, installer un califat comme l’EI le veut, ça coûte un pont !

Mais l’EI n’a plus de sous !

C’est ce que rapporte le Guardian, qui cite l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. L’ONG, ce qu’elle sait, elle le tire d’un réseau d’activistes, de médecins et de combattants. Elle affirme que les combattants de l’EI verront leur salaire mensuel divisé par deux. Pour être plus précis, le revenu d’un combattant syrien devrait chuter à 200 dollars, pendant que celui d’un combattant étranger sera de 400 dollars. Cette diminution donne un indice clair de l’état des finances du groupe.

” En raison des circonstances exceptionnelles que traverse l’État islamique, (…). Personne ne sera exempté de cette décision, quelle que soit sa position. ” Le même tarif pour tout le monde donc ! Ces informations proviennent d’un communiqué officiel de Daech, selon l’ONG syrienne.

Par ” circonstances exceptionnelles “, l’EI voudrait parler des frappes intensifiées de l’Occident sur ses infrastructures pétrolières en Irak et en Syrie, des lieux stratégiques évidemment. Raffineries, puits, camions transporteurs sont les principales cibles des frappes aériennes. À côté de cela, la chute extraordinaire du cours du pétrole impacterait les finances du groupe de manière drastique aussi. On sait effectivement que l’argent du groupe provient principalement du pétrole et des autres ressources naturelles.

Bonne nouvelle ?

Oui et non, il ne faut pas aller trop vite en besogne. Car le groupe islamiste a plus d’un tour dans son sac. En effet, si ses recettes provenant du pétrole chutent celles issues des taxes et des confiscations grimpent en flèche. Et puis, les territoires contrôlé par l’EI sont aussi riches en matières premières telles que le blé, l’orge, le coton, qui représentent aussi de grandes sources de revenus.

Pas vraiment accablé

À entendre l’actualité quotidienne, Daech ne semble pas tellement affaibli, et continue à terroriser. Ces ” problèmes d’argent ” ne semblent pas arrêter le groupe dans son expansion. En effet, pendant que tout le monde a les yeux rivés sur la Syrie, l’Iran ou l’Arabie Saoudite, Daech gagne du terrain en Libye. Tina Fordham, spécialiste politique internationale pour Citi, tire la sonnette d’alarme ! La Libye est un état qui est en mauvaise posture politiquement parlant, et pourrait devenir la porte d’entrée de l’EI vers l’Europe. Un point stratégique en somme, riche en minéraux qui plus est. Leur but : installer un nouveau fief tel qu’en Syrie et en Irak. Avec de telles ambitions… On peut comprendre leurs problèmes de sous !

Mais bref, même si Daech diminue le salaire de ses combattants, ce sont toujours près de 35. 000 soldats qui constituent son armée, et c’est le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian qui le dit. Mais, peut-être qu’à l’avenir, le manque d’attrait salarial pourrait en décourager plus d’un ? À voir.

Sources : The Guardian, Le Figaro, Business Insider UK.

Articles sponsorisés