Charles Michel a une solution pour la famille syrienne: les envoyer dans un camp de réfugiés au Liban

Charles Michel a une solution pour la famille syrienne: les envoyer dans un camp de réfugiés au Liban

Plutôt que de les accueillir au sein d’une famille wallonne, le gouvernement fédéral belge propose ce lundi soir à la famille d’Alep de se tourner vers… le Liban. Ce pays frontalier de la Syrie disposera d’un accueil humanitaire pour cette famille: entendez, un camp de réfugiés. 

Depuis quelques jours, le gouvernement fédéral refuse de plier face aux demandes de la justice: aucun visa n’est octroyé à la famille syrienne et aucune amende n’est payée. La crise a atteint un point de tension incroyable ce week-end, soulevant l’opposition et le monde juridique belge. Tout le monde attendait la réaction du Premier ministre Charles Michel.

Elle est tombée ce soir. Le Premier ministre propose d’envoyer la famille concernée… au Liban. Apparemment, le gouvernement fédéral est entré en contact ce week-end avec ce pays frontalier de la Syrie et il semblerait que la solution diplomatique trouvée soit de déplacer cette famille vers le pays qui a la plus forte densité de réfugiés par habitant au monde.

Apaisement?

Si le Liban accepte de délivrer un visa humanitaire à cette famille – ce qui semble être en bonne voie d’un point de vue diplomatique – les avocats du secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Theo Francken enverront un courrier aux avocats de la famille d’Alep pour leur expliquer leur nouvelle destination.

Cette décision survient après que les avocats de la famille syrienne avaient annoncé renoncer à envoyer des huissiers au cabinet de M. Francken. Au point où il en était, le secrétaire d’État aurait dû payer 20.000 euros. Cela signe-t-il le début d’un apaisement entre le gouvernement et les défenseurs de la famille syrienne?

Les avocats avaient déclaré qu’ils abandonnaient ces poursuites du moment qu’on laissait venir la famille, le plus urgent étant de les faire sortir de Syrie. Dimanche, l’appartement dans lequel résident les parents avec leurs deux enfants mineurs a été la cible de balles. Reste à voir si cette alternative libanaise conviendra aux Syriens et à leurs avocats.

Articles sponsorisés