Bien joué la France! Depuis le démantèlement de la « Jungle » de Calais, 30% des enfants réfugiés qui ont été déplacés ont disparu

Bien joué la France! Depuis le démantèlement de la « Jungle » de Calais, 30% des enfants réfugiés qui ont été déplacés ont disparu

La « Jungle » de Calais a été complètement démantelée en octobre dernier. Tous les réfugiés qui y transitaient dans l’espoir de rejoindre le Royaume-Uni un jour ont été expulsés. Mais que sont devenus les enfants qui y vivaient? Certains ont réussi à atteindre les côtes britanniques. D’autres ont été relogés par les autorités françaises dans des foyers. Mais un tiers sur les 179 mineurs déplacés est toujours porté disparu, selon un rapport du Refugee Youth Service.

Souviens-toi, l’État français a démantelé entièrement la « Jungle » de Calais au mois d’octobre. Tous les réfugiés qui y vivaient temporairement avant de pouvoir atteindre le Royaume-Uni ont été expulsés. Parmi les 2.000 enfants qui y vivaient au début, le Refugee Youth Service (RYS) a enregistré 179 déplacés dans son rapport. Mais il n’a plus de nouvelles d’un tiers d’entre eux. Cela fait quand même une cinquantaine d’enfants qui n’a ni toit ni famille.

Le RYS travaille dans le camp de Calais depuis novembre 2015. Avant la démolition, il suivait les mineurs en les rencontrant une fois par semaine. Mais depuis les expulsions d’octobre, il doit leur téléphoner. Et c’est plus compliqué de les atteindre. Selon son dernier rapport, 56% des enfants déplacés vivent maintenant dans des foyers en France, 8% ont réussi à atteindre légalement le Royaume-Uni, 2% sont toujours à la rue. Si tu comptabilises ces chiffres, il manque 30%. Autrement dit, le RYS est sans nouvelle d’un enfant sur trois.

Des cibles vulnérables

Pour le RYS, la vie de ces enfants est en danger. Ils sont certainement « les plus vulnérables [car] ils ont été abandonnés tellement de fois ». Il avertit aussi du manque de services adaptés à leur très jeune âge et à leur langue. Cela contribue à la « détérioration de la santé mentale de bon nombre d’enfants réfugiés ».

L’association craint surtout qu’ils tombent sur de mauvaises personnes: « Quand ils disparaissent, nous sommes extrêmement préoccupés par le fait qu’ils soient la cible des trafiquants. Ils ne recevront probablement aucun soutien de l’État pour en sortir à cause de leur situation ».

1.000 enfants au Royaume-Uni avant Noël

Dans son rapport, le RYS appelle aussi le gouvernement britannique à « remplir ses engagements envers les enfants de Calais et à transférer 1.000 enfants au Royaume-Uni avant Noël ».

La co-fondatrice de Help Refugees Josie Laughton accuse également les autorités françaises et britanniques. Pour elle, « les deux gouvernements doivent commencer à assumer leur responsabilité sur ces mineurs en leur assurant une protection adéquate pour qu’ils soient correctement protégés. Il en va du respect de leur engagement à la Charte des Nations Unies sur les droits de l’enfant ».

Articles sponsorisés