Banksy tacle le Brexit et vend une toile à 11 millions d’euros

EPA-EFE/NEIL HALL

Etrange, celle-ci ne s’est même pas déchiquetée.

Artiste de street art engagé, personnages mystérieux et cynique, Banksy a encore fait des siennes, cette fois du côté de Londres. Récemment, des enchères ont eu lieu au sein de la prestigieuse maison Sotheby’s, avec comme objet vedette une gigantesque toile de Banksy représentant des singes au parlement.

Alex Branczik, chef du département d’art contemporain Europe de Sotheby’s, a déclaré que cette peinture mettait en avant “la régression de la plus ancienne démocratie parlementaire du monde dans une attitude tribale et animale”. Une toile qui a été révélée en 2009, dans la ville de Bristol d’où Banksy est originaire.

Parlement dévolu

2009 oui, mais mise aux enchères aujourd’hui, alors que le Brexit officiel aurait dû s’officialiser prochainement. L’oeuvre s’appelait d’ailleurs à l’origine Question Time, et a changé son nom pour Devolved Parliament (parlement dévolu). L’enchère record a explosé les estimations à 2 millions de livres qu’avait réalisées Sotheby’s.

On se rappelle de la toile de la jeune fille avec son ballon, déchiquetée quelques secondes après avoir été adjugée à plus d’un million d’euros. L’action se déroulait également au Sotheby’s. Banksy avait alors posté une phrase de Picasso sur Instagram: “quel plaisir que de détruire pour recommencer”. Cette fois-ci, il n’aura pas détruit sa peinture. Juste un portefeuille qui on l’espère s’en remettra un jour.

Articles sponsorisés