Un F16 belge s’est écrasé en France: tout ce que l’on sait

EPA

Le F16 a décollé de la base de Florennes pour s’écraser en France, près de Morbihan. Les deux pilotes qui composait le biplace ont pu s’éjecter à temps et son sains et saufs. Dans la chute, le F16 a percuté une maison et l’un des pilotes est resté coincé dans une ligne à haute tension.

Vers 10h30, les pompiers et la gendarmerie sont appelés pour une intervention pas courante. On apprenait qu’un F16 de l’armée belge s’était écrasé à la sortie de Pluvigner (Morbihan), dans le sud-ouest de la France. D’après Ouest-France, 40 sapeurs-pompiers et vingt engins de secours sont dépêchés sur place.

Au début, ils ne voient pas les corps. Les deux pilotes ont pu en effet s’éjecter avant le crash sous les yeux de plusieurs témoins. Le souci, c’est que l’un d’eux s’est retrouvé coincé sur une ligne de haute tension de 250.000 volts. Il serait blessé, mais la Belgian Air Force a confirmé que les deux pilotes étaient toujours en vie. Ils ont été pris en garde par les secours et sont en urgence relative.

Dans sa chute, l’appareil a aussi endommagé une maison. Mais aucun blessé n’a été constaté au sol.

Que s’est-il passé?

D’après la RTBF, l’avion faisait un exercice et devait rejoindre la base de Lorient, en Bretagne. Selon les premières informations, l’un des pilotes aurait constaté un problème moteur. Il aurait alors tenté de le rallumer mais en vain. C’est une opération apparemment difficile à basse altitude. Devant la chute inévitable, le pilote et le copilote se sont éjectés pour sauver leur vie.

La cause de la panne moteur n’a pas encore pu être déterminée. Mais la Belgian Air Force indique dans un tweet que l’appareil “a été mis en service en 1983. Il a été complètement modernisé selon les normes MLU. L’avion a été entretenu méticuleusement selon les schémas du constructeur. L’enquête sur la cause vient de commencer.”

Si le pire a été évité, cela fait deux fois en peu de temps que l’armée belge s’est fait remarquer par la presse internationale. On se rappelle en effet du technicien belge qui avait détruit un F16 entier alors qu’il était encore sur la piste.

Articles sponsorisés