Tu rêves de te battre avec une massue au temps des cavernes? Alors Far Cry Primal va t’impressionner

Tu rêves de te battre avec une massue au temps des cavernes? Alors Far Cry Primal va t’impressionner

On explore une sombre grotte située dans les fourrés des contrées d’Oros. Ça y est: on a fait nos premiers pas en tant qu’hommes des cavernes. Et puis soudainement, alors qu’on se trouve au milieu de nulle part, on regarde aux alentours. Dans les airs, des rapaces volent au dessus de nos têtes et on entend le cri des loups affamés autour de nous. Un peu plus loin, il y a des ours, des tigres à dents de sabre et des mammouths. Dans l’eau, se cachent même des crocodiles. Les ennemis sont partout et il faut aussi faire attention aux tribus hostiles. Et on est tout seul…

Et pour survivre, aujourd’hui on aurait une mitrailleuse ou un lance-grenades. Ou encore un simple pistolet ou même un couteau aurait très bien pu faire l’affaire. Mais dans Far Cry Primal, on ne dispose que d’armes primitives comme une massue et une lance. Les hommes des cavernes sont souvent caricaturés avec des massues dans les dessins animés, mais on se rend rapidement compte que ce n’est pas un engin des plus simples à manipuler.

Primitifs, mais réalistes

Pour le petit nouveau de la série Far Cry, Ubisoft a fait un bond dans passé, au tout début des hommes modernes. Au début du jeu, le compte à rebours des années est lancé. Un bel aperçu de notre histoire défile, raconté par plusieurs voix en arrière-fond. Et pendant ce temps-là, le compteur continue de tourner. On passe de la Révolution française au Moyen-Âge. Du temps des Romains à celui des pyramides. Et l’horloge ne semble pas s’arrêter… Jusqu’à ce qu’elle atteigne les 10.000 ans avant Jésus-Christ.

Ubisoft

On est donc revenu 12.000 ans en arrière. Un petit pas en arrière pour la planète, un grand pas pour l’humanité. C’est à ce moment que l’humanité à commencé à se développer. Tout était primitif à l’époque, mais sans ces hommes des cavernes, on n’aurait pas les maisons et les smartphones que nous avons aujourd’hui. On n’aurait même pas une langue en particulier pour nous exprimer. C’est donc vraiment à ce moment-là que tout a commencé à se développer. Voilà tout simplement le décor planté par ce jeu vidéo. Avouez que c’est quand même un peu tordu quand vous y réfléchissez! Mais les créateurs ont tout fait pour rendre le jeu aussi réaliste que possible (même si évidemment personne ne sait comparer).

Mas une chose est sûre et ce à toutes les époques: les hommes ne se battent pas seulement contre les dangers de la nature mais s’affrontent aussi entre eux. Dans le jeu, on incarne Takker et sa tribu, les Wenja, se divise en plusieurs groupes. Et c’est à nous de les réunir et de renforcer la tribu. Bien entendu, c’est plus facile à dire qu’à faire. Surtout quand il y a d’autres tribus qui défendent aussi leur territoire.

Ubisoft
Ubisoft

Des prédateurs

On se cache dans l’herbe, au bord de l’eau. Un peu plus loin, deux ennemis ont fait prisonnier l’un des nôtres de la tribu Wenja. On attend qu’ils soient assez proches pour leur lancer notre lance dans la tête. Ils se rapprochent lentement mais sûrement pendant qu’on les garde en ligne de mire et qu’on prépare notre arme. D’un coup, ils ne sont plus qu’à un mètre de nous. Mais, du coin de l’oeil, on repère de l’agitation. Ca pourrait être un hippopotame. Des massues et des lances sont nécessaires venir à bout de la bête.

Entre-temps, les ennemis, qui ont vu toute la scène, commencent à nous attaquer avec leurs lances. Il ne nous reste rien d’autre à faire que de les attaquer à coup de massue. Un coup sur le crâne et le tour est joué. Après cette mission, qui ne s’est pas tout à fait passée comme prévue, on doit trouver un animal à nous mettre sous le dent. Un sanglier s’approche alors, on ne l’avait pas entendu arriver. Contrairement à un chasseur, qui guette l’animal depuis son abri, il faut toujours rester sur ses gardes dans Far Cry Primal. Heureusement que Takkar est quelqu’un qui peut même apprivoiser les plus grands prédateurs et les faire combattre à ses côtés.

Ubisoft

On n’aurait jamais pu imaginer qu’un jeu vidéo sur les temps préhistoriques puisse sembler si réaliste. Bien entendu, il y a des ingrédients connus qui sont nécessaires pour réaliser un vrai Far Cry. Pour ça, il suffit de prendre deux camps qui s’affrontent et de jouer sur les effets visuels. À côté de vos missions principales, d’autres événements viennent pimenter le jeux comme la libération ou la protection de certaines personnes.

C’est une recette connue donc mais qui reste suffisamment innovante. Et comment pourrait-il en aller autrement dans un contexte si particulier? Sur une carte, on peut même voir où se cachent nos principaux prédateurs. Et on reçoit aussi une note qui nous explique à quel point ils sont dangereux et quels sont leurs points faibles. Sympa! Et c’est surtout très important pour savoir comment réagir quand on est attaqué, mais aussi pour choisir nos alliés parmi eux afin de remplir une certaine mission.

Il y a donc de quoi nous tenir occupés pendant longtemps. Et si vous craignez qu’il ne se passe pas grand chose d’autre à l’époque préhistorique, vous avez raison. Un des seuls bémols du jeu est le manque d’une bonne histoire. Les missions sont principalement composée de chasse et de cueillette. Alors, au bout d’un moment, ça devient un peu ennuyeux. Mais bon, on aime quand même.

Ubisoft
Ubisoft

Notre note: 8,5/10

On se sent un peu comme les personnages du premier Jurassic Parc qui vivaient au temps des dinosaures. Far Cry Primal crée une atmosphère tout à fait particulière et c’est ce qui rend le jeu tout le temps intéressant. Malgré la faiblesse de l’histoire, ça fonctionne donc très bien. On ne s’était jamais vraiment rendu compte, jusqu’ici, à quel point la vie de nos ancêtres avait dû être difficile.

Les prédateurs sont super cool, surtout pour ceux qui ont depuis longtemps disparus: les tigres à dents de sabre et les mammouths.

Et même le manque d’armes à feu ne nous gêne pas. Les créateurs ont dû se débrouiller avec les moyens les plus primitifs et on s’y habitue vite. Parfois, notre côté sauvage refait surface quand on doit se battre parce que tout va si vite, mais si on vise correctement, on atteint souvent notre cible: nos ennemis.

Au bout d’un temps, on refait surface. On est de retour en 2016 et on regarde notre gsm pour lire les messages qu’on a reçu pendant tout le temps de notre partie. Il n’y a plus aucun prédateurs aux alentours. Far Cry Primal est devenu un jeu assez reconnaissable de la série et nous a fait une bonne impression. Bref, c’est sans aucun doute l’un des meilleurs jeux de 2016.

Ubisoft

Articles sponsorisés