[SPOILERS] Adieu Game of Thrones: après une dernière saison chaotique, “The Iron Throne” répond enfin à nos questions

[SPOILERS] Adieu Game of Thrones: après une dernière saison chaotique, “The Iron Throne” répond enfin à nos questions

Le dernier épisode de “Game Of Thrones” offre ce que cette dernière saison a eu bien du mal à nous donner: une fin plutôt satisfaisante. Mais s’il y a bel et bien un gagnant au jeu des trônes, il y a aussi beaucoup de perdants. Retour sur “The Iron Throne”. 

Après 73 épisodes, assez de budget pour résoudre la faim dans le monde et une dernière saison peu équilibrée en termes de qualité: voici la fin de Game Of Thrones. Qui gagne, qui meurt, qui a sa place au Small Council et qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire avec ce dragon? On est enfin arrivés au moment des réponses avec “The Iron Throne”.

Tyrion, le dernier Lannister

Jon Snow, Davos et Tyrion déambulent à travers King’s Landing. Celle qui était autrefois la capitale d’un royaume abondant en richesses nous fait à présent penser à une rencontre entre Pompéi et Auschwitz. C’est à cet instant que Tyrion décide de crever l’abcès et de confronter Daenerys Targaryen, leur reine, face à ses actions. Avant toute chose, Tyrion a besoin d’affronter ses propres démons en partant à la recherche des dépouilles de sa famille. Il les retrouve, étonnamment toujours identifiables, dans les cryptes désolées. Apparemment, Cersei et Jaime ont eu un manque de bol vu que le reste des cryptes semble plus facilement accessible.

Mais assez avec le cynisme: Peter Dinklage nous offre ici le premier pic émotionnel de “The Iron Throne”, et en profite pour donner une bien meilleure conclusion à Jaime et Cersei. Le dernier Lannister, le Valonqar, est responsable de la mort de sa propre famille, mais à quoi bon? Alors que la fumée s’échappe d’un King’s Landing en lambeaux, Tyrion reconnait sa part de responsabilité.

Pas de soucis: Daenerys est là pour l’encourager dans son auto-flagellation. Après une entrée qui aurait pu être sublimée par le thème musical de Star Wars (un beau plan d’ailleurs: on dirait presque que Dany a des ailes quand Drogon décolle derrière elle), vient le discours de victoire. Le fait que Winterfell et Essos soient libérés est très bien reçu par les Immaculés. Tyrion et Jon (tout comme Arya, dont les yeux épellent “tuez-la” en morse) semblent commémorer leurs choix de vie récents.

“J’ai libéré mon frère, mais vous avez détruit King’s Landing et toutes les vies innocentes qui s’y trouvaient “, résume Tyrion, clairement avec une envie de meurtre. Jon Snow lui rend visite. “Nous ne pouvons pas justifier ce qui s’est passé, mais la guerre est finie “, dit Snow, qui a apparemment été absent pendant un certain temps pendant le discours de Dany. Tyrion donne à l’ancien Roi du Nord son meilleur regard de “bitch, please”. On aimerait bien prendre une minute de silence en l’honneur des capacités d’élocution de Tyrion, mais pas le temps de souffler: Jon sort du donjon et croise un dragon endormi.

Si vous avez cliqué sur cet article au hasard, il est encore temps de faire demi-tour et de regarder l’épisode. Spoilers en masse dans les prochains paragraphes.

De retour avec Daenerys alors, ambiance 100% de feu et de sang, comme Tyrion l’a mentionné. Elle peut enfin monter sur le trône de fer (qui est toujours debout, toujours vivant!). On se souvient de la vision qu’elle avait eue lors de la saison deux. Seule différence: elle peut à présent toucher le trône. Jon, toujours aussi mauvaise ambi, débarque. Elle essaie de le convaincre qu’elle peut casser le cercle vicieux. Puis Jon l’embrasse.

Le Prince qui était promis.

Puis la poignarde. Des centaines de fans ne seront pas surpris et pourront cocher cette case dans leur bingo GOT (binGOT? Pardon.) C’était attendu: Jon est le Prince qui était Promis. Un chouïa anti-climatique, à trente-cinq minutes de la fin de l’épisode, Daenerys Targaryen, plus vraiment la Première du Nom, a droit à sa conclusion. Le coeur brisé de Jon lui a sans doute fait oublier qu’un gros reptile qui crache des flammes était juste derrière lui. You know nothing, Jon Snow.

Drogon aurait pu faire flamber Jon en moins de temps qu’il n’en faut pour dire “barbecue”. Mais il décide de s’attaquer à celui qui a réellement causé la mort de sa mère: le trône de fer. Le siège fond, personne ne pourra s’y installer, et Jon doit être soulagé de ne pas avoir à vérifier si les Targaryen craignent bel et bien le feu. Drogon finit par emporter le corps de Daenerys et s’envole. Une manière de donner à Drogon sa sortie de l’histoire, même s’il aurait été pas mal de le voir survoler le mur alors que Jon doit expliquer aux Immaculés que Dany est… euhm… partie.

Il est temps de conclure: dans les prochaines cinquante minutes, Game Of Thrones va devoir trouver les réponses à toutes les questions que la série a accumulées au cours des huit saisons. Benioff et Weiss, pour une fois, vont faire de leur mieux après une dernière saison inégale. Jon ne va pas simplement devenir roi de Westeros alors que le reste de l’empire se transforme en l’équivalent d’un Hobbiton. Un conseil se doit de décider du destin de Jon et de l’identité du nouveau roi.

Bran the Broken

Alors que Grey Worm rêverait de décapiter Jon, Sansa fait tout pour l’éviter et Tyrion préférerait offrir sa tête. Ce qu’il reste des “Importantes Personnes de Westeros” s’attable pour décider de l’avenir du royaume dans un conclave ensoleillé (!). On apprécie le comeback inattendu d’Edmure Tully et de Robyn Arryn.

À l’ordre du jour: trouver le nouveau leader de Westeros. Edmure Tully, libre à nouveau, pense naturellement pouvoir endosser le rôle, mais Sansa le calme tout de suite. Sam mentionne la démocratie, une proposition qui n’a pas le succès escompté. Comme personne ne semble capable d’avoir de bonnes idées, Tyrion est enfin autorisé à s’exprimer. Et étant donné que Jon a concrètement commis un régicide, ça devient urgent.

Une surprise pour certains, un peu moins pour d’autres: c’est sur Bran que Tyrion jette son dévolu. La théorie de l’arrivée du Three-Eyed Raven sur le trône n’est pas si surprenante. GOT fait de son mieux pour expliquer son choix. Westeros a un nouveau roi: Bran the Broken.

Queen in the North

Légèrement inattendu: tout le monde semble d’accord de laisser cet adolescent émo-gothique qui aurait eu un skyblog très dark s’il était notre comtemporain devenir roi. Une légère amélioration dans le système parlementaire de Westeros: le prochain roi sera choisi par le conseil actuel. Seule Sansa n’est pas d’accord: elle est déchirée par ces décisions et Bran devient roi des Sept Couronnes. Yara & co se demandent un peu tardivement si c’était réellement la meilleure des décisions, mais c’est acte.

Jon restera en vie, avec perpétuité à la Garde de Nuit, ce qui satisfait Grey Worm. Personne ne semble se demander s’il est encore nécessaire de conserver cette garde (est-ce qu’ils reçoivent des subsides? Personne ne le sait.) et si Sam ne devrait pas y retourner. C’est cependant la meilleure solution pour Jon. Une conclusion douce-amère, comme George R.R. Martin l’avait prédit. Pas de progéniture pour Jon, bye bye les Targaryen, mais il survivra. Grey Worm les quitte pour Naath avec les Immaculés.

Le Petit Conseil

Plus que quinze minutes, et il nous reste quelques questions. Tyrion devient, contre sa volonté, Main du Roi et tente de redonner du courage à Jon. Un peu difficile pour quelqu’un qui doit rester à King’s Landing. Mais Tyrion mérite de ne pas finir ses jours dans une crypte ou exilé au Nord: son personnage a mérité une “fin heureuse”.

Etrangement, il s’agit sans doute d’une des meilleures scènes de l’épisode final, qui démontre une nouvelle fois la force de cette série: les discussions entre personnages. La bataille n’a jamais été ce qu’on aimait voir devant Game of Thrones… Assis au Petit Conseil: Bronn, qui avait trois scènes dans cette dernière saison, en profite pour se mettre Hightgarden dans la poche. Sam, nouveau Grand Mestre (ou en tout cas remplaçant longue durée). Brienne devient Lord Commander de la Garde du Roi et fait rouler Bran partout où elle va. Enfin, Davos, qui a quand même survécu à trois rois, deux guerres et un nombre impressionnant de décès dans sa famille, se voit en charge de la Navy.

Ensuite, ces messieurs dames vont devoir discuter de la reconstruction de King’s Landing, Bran promet de confondre le dragon et donne l’occasion à Tyrion de raconter une nouvelle anecdote.

Jon se met en route vers le mur (attends… Est-ce qu’il est toujours là en fait?) et dit au revoir à ses soeurs. Arya est en route pour l’Ouest de Westeros. Sansa, la Sansa tourmentée qui a commencé Game Of Thrones comme l’ingénue qui croyait aux contes de fée, devient Reine dans le Nord. Brienne complète l’arc de narratif de Jaime et écrit dans le livre de The Kingsguard qu’il est mort pour sa reine. L’amour est aveugle.

Mais bon, Game of Thrones n’en a pas fini d’essayer de nous faire chialer, avec le retour de Tormund et Ghost. Ghost a enfin droit à des bonnes grosses papouilles de la part de son propriétaire ingrat. Le personnage le plus aimé et honnête de tout GOT n’aura perdu qu’une oreille (et sa confiance en l’humanité) en huit saisons.

Sansa reçoit la couronne. “Queen In The North”, crie la foule dans une tradition nordique, et Jon emmène les Sauvageons pour vivre une vie meilleure au-delà du Mur. Le batard de Winterfell retrouve sa liberté.

Dans le jeu des trônes, on gagne ou l’on meurt. La conclusion de la dernière saison de Game of Thrones n’est pas parfaite mais mérite qu’on la respecte.

Les dernières notes

  • Podrick a à présent une nouvelle fonction cruciale: faire rouler le trône de Bran d’un point à l’autre du Royaume.
  • Douloureux: maester Ambrose a breveté A Song of Ice and Fire avant que le réel auteur le fasse. Tyrion a droit à un tout nouveau départ en passant: il n’y est pas mentionné.
  • Davos tente d’offrir The Reach aux Immaculés pour qu’ils y “construisent leur propre vie”, mais c’est dérisoire pour ceux qui n’ont plus d’organes sexuels. Oopsie.
  • Au fait, il y a une énorme vague d’immigration qui va débarquer à Naath. En parlant de réfugiés de Westeros: quelqu’un a des nouvelles des Dothraki?
  • Tyrion a eu droit à certaines des meilleures scène de l’épisode: 15 points pour la maison Lannister avec les références à “Le monde aura toujours besoin d’une maison pour les batards et les hommes brisés” et la leçon de vie: “soit tu meurs en héros, ou tu vis assez longtemps pour devenir le méchant”, deux citations tirées de conversations entre Tyrion et Jon.
  • Bran the Broken, premier du nom, est toujours aussi blasé. “Pourquoi pensez-vous que je sois venu jusque ici?” Est-ce qu’on est sûrs d’avoir envie de donner une couronne à un Stark? “Demandez moi dans dix ans”, réplique Tyrion. On verra bien.
  • La dernière scène avec Jon est une référence à la toute première scène de Game of Thrones.

N’oubliez pas le documentaire sur Game of Thrones, qui sortira la semaine prochaine!

Articles sponsorisés