Projet d’aéroport au Machu Picchu: les sites archéologiques sacrifiés pour le confort des touristes

Projet d’aéroport au Machu Picchu: les sites archéologiques sacrifiés pour le confort des touristes

Atteindre le célèbre Machu Picchu, c’est loin d’être facile. En train, à pied ou en bus, le trajet se fait à travers les Andes. Prévoir un aéroport à proximité de ce site touristique semble à première vue une solution intéressante pour attirer les visiteurs, pas vrai ? Mais en matière de culture et d’archéologie, est-ce une bonne idée? Les sites culturels sont-ils sacrifiés pour le confort des voyageurs?

Si tu es un Millenial ou issu.e de la génération X, visiter le Machu Picchu figure sûrement sur ta bucket-list: plus d’un million et demi de backpackers se rendent chaque année au Machu Picchu Pueblo. Et ils méritent bien le détour: l’aéroport le plus proche est à quelques heures du village des Andes. Les autorités péruviennes prévoient la création d’un aéroport plus accessible. Ce projet suscite la controverse.

Comment te rendre au Macchu Picchu?

Si tu veux te rendre sur cette citadelle sacrée inca, tu dois vraiment le vouloir. L’aéroport le plus proche actuellement se situe à Cusco. De là, tu dois passer par Ollantaytambo ou Urubamba, puis prendre le train ou enfiler tes baskets pour une bonne randonnée. Le Chemin de l’Inca, c’est un itinéraire d’environ quatre jours de marche dans les Andes. Le billet de train, lui, te coûtera 70 dollars et tu dois évidemment le réserver bien à l’avance pour assurer ta place à bord. En gros, tu dois vraiment avoir envie de fouler les terres incas.

C’est pourquoi gouvernement et investisseurs privés péruviens veulent implanter un nouvel aéroport à Chincero, un village pas très loin de Cusco. Le hic ? Cette région regorge de ruines incas, puisqu’autour du Machu Picchu, il reste un grand nombre de vestiges archéologiques de la culture inca. C’est là le nœud du problème.

Un aéroport à Chincero

Les plans élaborés pour relier Chincero au reste du monde ont de nombreuses implications. D’abord, construire un nouvel aéroport nuira forcément à l’environnement. A l’heure actuelle, des routes sont tracées à travers les montagnes, creusant un passage. La présence d’un aéroport à cet endroit défigurerait le paysage, mais aurait d’autres conséquences.

Les vols à destination de Chincero devraient forcément passer au-dessus de Ollantaytalbo. Le site historique de plus de trois cent kilomètres carré sera par conséquent endommagé par la pollution de l’air. Les locaux seront forcément impactés. Actuellement, les sources de revenus principales des habitants sont le tourisme et l’agriculture. Il n’y a que peu de criminalité dans cette région pittoresque, mais les résidents craignent que l’apparition d’un aéroport international change la donne.

Surtout, le gouvernement souhaite donner un accès direct à Machu Picchu Pueblo, mais pour cela, des investissements massifs sont nécessaires. Par exemple, il n’est même pas possible d’atteindre Ollantaytalbo en voiture, il n’y a même pas d’infrastructure routière pour assurer le transport. C’est logique, c’est au beau milieu des Andes. Tout ça contribue également au mystère et à l’attrait de cette région sacrée.

Au beau milieu des Andes

Il y a donc un aéroport à Cusco, mais il est surchargé. Pas certain qu’un autre aéroport, même de plus grande envergure, puisse répondre à la demande. En raison de la structure de ses pistes, l’aéroport de Cusco ne peut accueillir que des petits avions. La création d’une piste plus grande, qui peut accueillir des vols internationaux est donc alléchante et pourrait créer de l’emploi. Mais cela ne se fera pas sans heurts.

Un des problèmes majeurs que rencontre l’aéroport de Cusco, c’est qu’il est situé dans les Andes. Qu’est-ce que cela signifie? Les changements météorologiques, même faibles, peuvent bouleverser les horaires de vols. Cela ne changera pas, même avec un nouvel aéroport à Cincero. Aussi, même en fournissant une ligne directe depuis d’autres pays, cela n’égale pas nécessairement plus de touristes. Pour l’industrie, un nouvel aéroport n’est pas nécessaire, mais ce n’est pas non plus essentiel pour gérer le flux de touristes qui viennent chaque année au Machu Picchu.

Visiter le Machu Picchu

Le Pérou a décidé de protéger ses trésors archéologiques. Il y a deux ans, le pays a annoncé qu’il ne serait plus possible de faire l’ascension de la montagne. Les touristes qui désirent visiter le site du Machu Picchu doivent désormais se procurer un ticket. Les 2.500 tickets quotidiens sont disponibles par l’intermédiaire d’agences de voyage ou sur place. Si tu veux faire le trek d’Urubamba, tu dois réserver plusieurs mois à l’avance tes vacances. Donc le Machu Picchu est déjà saturé. Envoyer un avion supplémentaire fournira pas mal de jobs en plus, mais restera-t-il quelques chose à visiter pour les touristes?

Articles sponsorisés