Pimp My Ride: un gars fabrique un camping-car à partir d’une Tesla pour promouvoir la mobilité électrique

Pimp My Ride: un gars fabrique un camping-car à partir d’une Tesla pour promouvoir la mobilité électrique

On se croirait de retour au début des années 2000 quand MTV cartonnait avec Pimp My Ride. Travis Rabenberg, un globetrotteur et entrepreneur, a bidouillé une Tesla (rien que ça) pour en faire un camping-car autonome grâce à des panneaux solaires. Le résultat est mi-figue mi-raisin mais qu’importe: le but est de promouvoir la mobilité électrique en reliant l’Angleterre et Dubaï. 

Il s’appelle Travis Rabenberg, il est un voyageur aguerri, un entrepreneur et il s’est lancé un défi absurde à première vue mais qui est finalement plutôt intéressant. Il s’est en effet amusé à transformer une Tesla Model S, un beau bolide on peut le dire, en camping-car. Ce qui est tout de suite moins sexy, tu en conviendras.

Mais tout de même, le gars a mis les moyens pour que ce camping-car soit performant. Il l’a en effet doté de panneaux solaires pour éviter de tomber en rade de batterie, un comble pour une voiture qui ne marche qu’à l’électricité. Invisibles sur les photos (voir ci-dessous) publiées par Electrek, les panneaux se déploient quand on déplie la partie “camping” du véhicule.

On ne dispose malheureusement pas d’images de l’intérieur de la maisonnette sur roues mais l’habitacle de la voiture semble bien plus spatiaux et donc vivable. Par contre, on ne peut pas dire que ce soit une franche réussite visuellement.

Instagram Travis Rabenberg

Road trip écolo

Travis Rabenberg n’a pas choisi ce modèle de Tesla au hasard, comme il l’explique dans une interview publiée sur le média Medium: “Tesla est la marque derrière les plus grandes voitures électriques, et la Model S possède plusieurs parties accessibles. En prime, elle possède les performances que nous recherchons.”

Contrairement aux apparences, Travis n’a pas customisé sa Tesla pour participer au prochain concours de tuning de Tourcoing. Il a un objectif bien plus important en tête: relier l’Angleterre et Dubai avec son camping-car électrique. Le but ultime étant de promouvoir la mobilité électrique mais aussi de rassurer les gens sur l’autonomie de ce type de véhicule. Il espère ainsi imiter Wiebe Wakker qui avait rejoint Sydney et Amsterdam en voiture électrique, tout ça en trois ans.

Travis espère boucler son road trip bien plus rapidement puisqu’il prévoit de présenter sa création à l’occasion du Festival de vitesse de Goodwood et de conclure son voyage à l‘Exposition Universelle de Dubai, en décembre 2020. “Avec de plus en plus de stations de recharge disponibles, l’anxiété liée à l’autonomie appartiendra au passé. J’ai eu ce problème pendant des années avec mes véhicules thermiques quand je voyageais dans le Cercle arctique ou dans le désert d’Atacama. L’adoption de l’électrique arrive”, promet-il. Bonne route, l’artiste!

Electrek

Articles sponsorisés