Non, non et non: les députés britanniques rejettent toutes propositions visant à remplacer l’accord de Theresa May sur le Brexit

Non, non et non: les députés britanniques rejettent toutes propositions visant à remplacer l’accord de Theresa May sur le Brexit

Hier soir au Parlement britannique, il y avait du boulot pour les députés puisqu’ils étaient amenés à se prononcer sur 8 alternatives au plan de Theresa May sur le Brexit. C’est facile à résumer: elles ont toutes été rejetées. Theresa May, de son côté, a annoncé qu’elle démissionnerait si le Parlement accepte l’accord qu’elle a négocié avec l’UE. 

Mercredi soir, les députés britanniques se sont donc prononcés sur huit propositions alternatives à l’accord sur le Brexit de Theresa May. Parmi ces propositions, on peut citer le maintien d’un marché unique, la mise en place d’un nouveau référendum ou tout simplement un « no deal ». Les résultats sont très faciles à résumer puisque les députés ont rejeté toutes les propositions, le tout dans une ambiance étrange où les rires jaunes dénotaient un certain agacement.

Selon le ministre chargé du Brexit Steve Barcley, ces votes renforcent la position du gouvernement. « C’est pour cette raison que j’exhorte tous les députés, dans l’intérêt national, à soutenir l’accord de la Première ministre », a-t-il déclaré.

Mais il y a une proposition que les députés ont acceptée: le report du Brexit. Il sera donc reporté au 12 avril si les députés rejettent une nouvelle fois l’accord négocié par Theresa May et l’UE. Si par contre cet accord est enfin accepté, la sortie de l’Union aura lieu le 22 mai prochain.

Quitte ou double pour May

Pour débloquer la situation, Theresa May a tenté le tout pour le tout ce mercredi soir. Elle a en effet annoncé qu’elle démissionnerait au cas où la Chambre des communes soutenait son accord négocié avec l’UE. « Je sais qu’une nouvelle approche et un nouveau leadership sont nécessaires dans la poursuite du processus de retraite et je ne ferai pas obstacle », a déclaré May dans un communiqué. Par contre, elle n’a pas expliqué ce qu’elle ferait si son accord est une nouvelle fois rejeté.

Mais elle est confrontée à un nouvel obstacle, elle commence à avoir l’habitude. En effet, si un nouveau vote est organisé vendredi comme c’est prévu, May ne pourra pas compter sur le soutien du DUP, un parti irlandais qui reste contre une sortie de l’Union. Or, les dix votes de ce parti sont capitaux pour le succès de l’opération de la Première ministre.

Heureusement, selon la BBC, les 25 conservateurs du parlement seraient enclins à voter en faveur de l’accord. Parmi eux, on retrouve Boris Johnson et Jacob Rees-Mogg, qui étaient jusqu’à présent des adversaires farouches à l’accord. Rendez-vous donc au prochain vite qui devrait se tenir, si tout se passe bien, ce vendredi.

Articles sponsorisés