Left Right
scrollTop top

Malgré les avertissements de Ian Malcolm, l’associé d’Elon Musk espère bâtir un Jurassic Park d’ici 15 ans


© © Universal

L’être humain n’apprendra donc jamais de ses erreurs? Malgré les nombreux avertissements de Ian Malcolm dans Jurassic Park, Max Hodak (co-fondateur de Neuralink) espère que l’humanité sera capable de créer des parcs à dinosaures d’ici 15 ans.

Dans les grandes lignes, le message de Jurassic Park est le suivant: la nature trouve toujours un chemin et reprend ses droits quoi qu’il arrive et les humains ne peuvent la contrôler. Même si un Jurassic Park fait rêver sur le papier, il y a des dizaines de raisons qui prouvent que ce serait une mauvaise idée d’ouvrir un tel parc à thème.

Pourtant, le co-fondateur de Neuralink Max Hodak estime que dans 15 ans, l’humanité sera en mesure de recréer des dinosaures et d’ouvrir un parc comme celui imaginé par Steven Spielberg. C’est sur Twitter que l’homme d’affaires a détaillé le fond de sa pensée: « Nous pourrions probablement ouvrir un Jurassic Park si nous le voulions. Il faudrait peut-être 15 ans de sélection et d’ingénierie pour obtenir de nouvelles espèces super exotiques. »

« Pourquoi s’arrêter là? »

Pour rappel, en créant l’entreprise Neuralink, Elon Musk et son compère tentent de créer la première interface cerveau-machine (ICM) pour permettre par exemple d’aider les personnes en situation de handicap. On comprend qu’ils cherchent à tout prix de faire avancer la science et l’humanité. D’ailleurs, dans un second tweet, Max Hodak estime qu’il faudrait trouver un moyen de générer une nouvelle biodiversité. Car comme il le dit si bien: « pourquoi s’arrêter là? »

En tout cas, Neuralink a déjà réussi à obtenir des résultats relativement concluants de leur implant cérébral sur des cochons et plus récemment des singes. Mais de là à créer des triceratops, on en est encore loin. Et franchement, le monde a-t-il vraiment besoin de revoir des dinosaures?

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…