L’Inde détruit un satellite à coup de missile et met en danger la Station Spatiale Internationale

L’Inde détruit un satellite à coup de missile et met en danger la Station Spatiale Internationale

Mercredi dernier, l’Inde tirait un missile depuis la Terre pour détruire l’un de ses propres satellites. Une manière radicale de tester ses nouveaux missiles antisatellites. Par contre, si l’opération est un succès, la NASA regrette ce test qui met en péril la Station Spatiale Internationale (ISS). 

Mercredi dernier, l’Inde a expérimenté son tout nouveau missile antisatellite. Pour y arriver, le pays avait besoin d’une cible. Alors, les autorités indiennes ont décidé de faire exploser et des nombreux satellites indiens en orbite autour de la Terre. De prime abord on pourrait se dire “why not, c’est leur problème après tout”. Sauf que cela a des conséquences bien plus graves, comme le soulignent les États-Unis et plus particulièrement les ingénieurs de la NASA.

Beh oui, détruire un satellite qui est en orbite dans l’espace, cela crée tout un tas de débris. D’autant plus que le satellite explosé faisait tout de même 740 kilos et se déplaçait à une vitesse de 35.000 km/h. Mais là où ça craint, c’est que le satellite a été explosé à la même altitude que l’ISS, ce qui augmente les chances que des débris heurtent la Station Spatiale Internationale.

Des débris partout

Selon les estimations de la NASA, l’explosion d’un tel engin dans l’espace est susceptible de créer plus de 6500 débris d’une taille supérieure à 0,5 cm. Pour l’instant, l’agence spatiale américaine en a dénombré 400 et 60 débris de plus de 10 centimètres sont particulièrement surveillés car ils pourraient endommager la station spatiale. Le reste des débris se sont envolés bien plus haut que l’ISS et sont donc sans danger.

Selon Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, les chances de collision entre l’ISS et des débris a augmenté de 44% depuis l’explosion du satellite indien. Heureusement, cette probabilité va progressivement diminuer car les débris vont finir par se désintégrer au contact de l’atmosphère. Qu’importe, l’Inde a réussi à foutre en rogne les Américains qui considèrent ce test de missile comme “inacceptable”.

Du déjà vu

Cet évènement est d’autant plus regrettable qu’il s’est déjà produit en 2007. À l’époque, la Chine avait effectué un test similaire en détruisant un satellite situé à 800 kilomètres d’altitude. Cette explosion avait provoqué l’éparpillement de plus de 3000 débris dont certains sont encore en orbite autour de la Terre.

Quoiqu’il en soit, l’Inde a célébré le succès de ce test de missile comme il se doit sans vraiment réfléchir aux conséquences. D’ailleurs, les experts en aéronautique mettent en garde sur la dangerosité de ces débris qui sont de plus en plus nombreux dans l’espace. Si l’humanité continue comme ça, les collisions entre les débris et l’ISS seront de plus en plus fréquentes et pourront, à terme, créer une réaction en chaîne provoquant l’explosion de la station ou d’autres sondes et satellites en orbite autour de la planète.

On parle de réaction en chaîne quand une collision provoque des débris qui entrainent d’autres collisions. Donc, plus il y a de débris dans l’espace, plus ce phénomène sera fréquent. On peut clairement parler de pollution spatiale car selon l’Agence spatiale européenne, environ 900.000 débris de la taille d’une bille sont en orbite autour de la Terre. 34.000 de ces objets sont plus grands que 10cm. Or, quand on se déplace à une vitesse 7,8 kilomètres par seconde, la moindre collision peut être catastrophique.

Articles sponsorisés