Les universités officiellement fermées sur jusqu’au 30 juin: quid des examens ?

isopix

C’est une décision unilatérale et unanime des recteurs francophones: les universités seront fermées jusqu’à la fin de l’année académique. Les cours se poursuivront toutefois à distance et l’objectif est de maintenir les examens aux dates prévues. Mais ce n’est pas acquis.

Les universités francophones font de même que leurs consœurs du nord du pays: elles n’ouvriront plus leurs portes d’ici le 30 juin. Une décision unanime des recteurs d’université qui en ont la prérogative.

Les étudiants sont ainsi fixés et ne se poseront plus la question d’un éventuel retour dans leur établissement. Quelque 100.000 étudiants sont concernés :de l’UCL, l’ULB, l’ULiège, l’UMons, l’UNamur et l’Université Saint-Louis. Cette décision ne vaut donc pas pour les hautes écoles qui ne dépendent pas de ces universités, en tout cas jusqu’à de nouvelles indications. Quatre scénarios sont sur la table les concernant, rapporte Le Soir.

Examens, travaux pratiques, stages, mémoire…

Les recteurs veulent maintenir les examens aux dates prévues: mais aucune décision n’a été prise à ce sujet. L’important est de pouvoir maintenir une deuxième session pour les étudiants concernés tout comme maintenir la prochaine rentrée académique 2020-2021 en septembre prochain.

Entamés le 16 mars, les cours en ligne se poursuivront jusque mi-mai. Ensuite, si tout va bien, ce sera le temps du blocus.

Mais très concrètement, on ne sait pas encore comment pourraient se dérouler ces examens. La ministre de l’Enseignement supérieur a toutefois rappelé aux recteurs que tout devait être mis en oeuvre ‘pour que les étudiants n’aient pas à pâtir de cette situation exceptionnelle’. Elle promet aussi de l’aide aux étudiants qui en ont besoin (technique ou financière). Elle veut enfin que la décision finale soit unifiée, en ce compris les hautes écoles et les écoles des arts et métiers (du supérieur).

Pour ce qui est des TP, TFE, mémoires, labos et stages, ce sera du cas par cas, selon les décisions des facultés en tenant compte du caractère exceptionnel de la situation. Concernant les stagestoutefois, ils seront maintenus. Si pas, ce sera à l’étudiant de prévenir que son lieu de travail ne remplit pas les conditions d’un encadrement pédagogique et sanitaire suffisant. Il s’en suivra une évaluation de l’établissement.

Les discussions se poursuivront lundi prochain entre les organisations étudiantes, les universités et hautes écoles.

Articles sponsorisés