Légal ou pas, Google bannit les applications qui facilitent la vente de cannabis

Légal ou pas, Google bannit les applications qui facilitent la vente de cannabis

Ces dernières années, plusieurs pays ou états ont légalisé le cannabis à des fins médicales ou récréatives. Un véritablement marché s’est donc créé impliquant ainsi la création d’application dédiée au commerce de weed. Bien que ce soit parfaitement légal, Google a décidé de bannir ce genre d’applications. 

On dirait bien que Google parte en croisade contre le cannabis. Depuis quelques heures, il est désormais impossible de télécharger des applications qui facilitent la vente de weed sur le Google Play comme l’a remarqué Android Police. Et ce même dans les pays qui ont autorisé la consommation de cannabis à des fins récréatives ou médicales comme au Canada par exemple.

Changement de politique

En fait, on dirait bien que Google ait changé les politiques d’utilisation de Google Play vis-à-vis du cannabis. On peut y lire que les applications qui facilitent la vente de marijuana ou de produits liés à sa consommation ne sont pas autorisées. Google donne ainsi quelques exemples de violation de la politique d’utilisation: interdiction de pouvoir acheter de la weed via un système de panier, de faciliter les livraisons et de faciliter la vente de produits contenant du THC. Et qu’importe si des pays autorisent tout cela, ces nouvelles règles s’appliqueront partout dans le monde.

Du coup, toutes les applications correspondantes à ces critères excluants n’ont que 30 jours pour être mises à jour et ainsi avoir l’honneur de rester sur le Google Play. C’est par exemple le cas de l’app Eaze qui propose un service de livraison via un système de panier. Même chose pour Weedmaps, une application qui répertorie tous les points de vente de weed tout en incluant une fonctionnalité d’achat.

Pour les enfants

Reste à savoir pourquoi Google a décidé de changer de politique aussi brusquement. Dans une note dédiée aux développeurs sur le blog d’Android, on apprend que tout est une question de sécurité pour les enfants. Google veut en effet faire de Google Play un endroit sûr pour les plus jeunes. « Nous nous engageons à donner un cadre positif et sain pour les enfants et les familles », peut-on lire dans la note. Ainsi, Google veut que les applications destinées aux adultes fassent en sorte de ne pas attirer les enfants sachant que la consommation de cannabis est totalement interdite pour les mineurs, que ce soit dans n’importe quel pays.

Mais du côté des applications, c’est bien la soupe à la grimace. C’est le cas de Eaze qui a déclaré dans un communiqué qu’elle ne s’adressait qu’aux adultes autorisés à consommer du cannabis et aux revendeurs agréés. Alors, Eaze estime que cette décision de Google « favorisera le marché illégal ». Un argument classique des pro-légalisation dans des pays comme la Belgique.

Mais Google n’est en fait pas un cas isolé puisque Apple pratique le même nettoyage sur l’Apple Store et ce n’est que la continuité du changement de politique opéré sur YouTube (YouTube appartient à Google) où toutes les vidéos concernant la consommation de drogue ont été démonétisées. En conclusion, on comprend que la légalisation du cannabis est aussi compliquée à mettre en place dans les pays que sur internet et on est encore très loin d’une situation où la weed serait totalement dédiabolisée.

Articles sponsorisés