Le vrai visage du Ku Klux Klan: un leader de l’organisation menace une journaliste de la brûler pour sa couleur de peau

Le vrai visage du Ku Klux Klan: un leader de l’organisation menace une journaliste de la brûler pour sa couleur de peau

La journaliste colombienne Ilia Calderón a rencontré Chris Barker, un des dirigeants de l’organisation raciste Ku Klux Klan. Durant cette interview, le leader a menacé la journaliste si violemment qu’elle a craint pour sa peau.

“Vous allez nous inonder. (…) Mais comme Dieu le dit – comme Yahweh lui-même dit -, nous allons vous chasser”, a balancé Chris Barker au visage de la journaliste afro-colombienne Illia Calderón. Il a ensuite ajouté: “nous allons vous brûler”.

Chris Barker est l’un des dirigeants du Ku Klux Klan (KKK), cette organisation raciste qui brûlait des Afro-américains au siècle passé et a paradé dans les rues de Charlottesville il y a quelques jours pour témoigner de sa haine suprémaciste. Lorsque la journaliste de la chaîne Univision llia Calderón est venue l’interroger, l’homme n’a pas hésité à lui rappeler à quel point il aimait brûler des gens. Calderón a avoué avoir eu peur pour sa peau.

Brûler les immigrants

Calderón a assisté aux cérémonies cagoulées de l’organisation. Lorsque la journaliste lui a demandé comment il prévoyait de “brûler” 11 millions d’immigrants, le leader a répondu: “Nous avons tué 6 millions de Juifs la dernière fois. Onze millions, ce n’est rien”.

En tant que grand sorcier de la faction Loyal White Knights du KKK, Chris Barker a participé au rassemblement “Unite the Right” à Charlottesville, en Virginie, le week-end dernier. Après qu’une personne ait perdu la vie, écrasée par une voiture conduite par un néo-nazi, les Loyal White Knights ont fait l’éloge du conducteur. “Je suis content que cette fille soit morte”, a déclaré M. Barker à WBTV. “Ils attaquent toujours et se moquent de nos rassemblements”.

Durant l’interview, Barker a insulté la journaliste, la traitant de “nègre”. Il a également affirmé que son organisation était un groupe chrétien, pas un groupe de haine, et qu’il ne se considérait pas comme raciste. On a vraiment du mal à croire le leader de cette organisation, organisation que le président américain Donald Trump a eu tant de mal à condamner.

Articles sponsorisés