“Le match de la mort”: Amnesty International tacle les Diables Rouges avant l’amical polémique contre l’Arabie saoudite

“Le match de la mort”: Amnesty International tacle les Diables Rouges avant l’amical polémique contre l’Arabie saoudite

Le match amical entre la Belgique et l’Arabie saoudite de mardi à Bruxelles continue de faire polémique. En plus d’un intérêt sportif réduit contre un adversaire plutôt faible, c’est aussi le caractère politique qui dérange: Amnesty International dénonce cette rencontre contre un pays qui bafoue les droits de l’homme et à qui la Wallonie continue de vendre des armes.

“Match de la mort”, “Wallonie immorale”, “Monsieur Borsus, ayez les c… de dire non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite”: Amnesty International a mis le paquet dans sa campagne pour dénoncer le match amical entre les Diables Rouges et l’Arabie saoudite, prévu mardi au Stade Roi Baudouin.

1 million d’euros

Ce sera le dernier match amical d’Eden Hazard and co avant la liste pour la Coupe du monde. On peut s’interroger sur l’intérêt d’une rencontre contre l’actuelle 69e équipe du classement mondial: même si elle disputera la Coupe du monde, l’Arabie saoudite ne fait pas vraiment trembler la planète football. Et elle n’emballe pas non plus les foules, puisque seulement 20.000 tickets auraient été vendus pour ce match…

Il faut dire que le chèque record d’1 million d’euros proposé a sûrement convaincu l’Union belge d’accepter ce match. Et ce malgré la polémique qui entoure l’identité de l’adversaire. Polémique relancée ces derniers jours par Amnesty. “Nous allons lancer plusieurs actions autour de ce match pour sensibiliser le grand public autour du conflit au Yémen, qui cause des milliers de morts dont des enfants et des familles. Nous souhaitons vraiment attirer l’attention sur ce pays parfois oublié”, explique à la DH Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Armes wallonnes

On parle ici d’un pays où les droits de l’homme sont bafoués (on ne parle même pas de ceux des femmes) et qui est accusé de mener une guerre au Yémen contre les rebelles au régime en place. Une guerre menée avec des armes occidentales, dont certaines viennent… de Wallonie, accuse Amnesty International.

Des accusations auxquelles a répondu Willy Borsus, ministre-président wallon, en janvier dernier: selon lui, les armes wallonnes ne sont utilisées que pour des opérations en Arabie saoudite. “Les récentes réponses de Willy Borsus, ministre-Président de la Wallonie, sont insuffisantes. Même s’il s’est engagé auprès des firmes wallonnes à ne plus dépendre des ventes d’armes à l’Arabie saoudite d’ici 5 ans, beaucoup trop de gens vont mourir d’ici là”, accuse Philippe Hensmans.

Mais pas question pour l’Union de rentrer dans la polémique, elle qui se veut “apolitique depuis toujours”, comme le souligne Pierre Cornez, son porte-parole, toujours dans la DH. “Elle se concentre uniquement sur le foot et le sport plus généralement. Et au-delà de l’aspect financier qui entre en ligne de compte, le choix de l’adversaire se fait avant tout sur base sportive et ici le choix de l’adversaire a été comme toujours validé par le staff sportif.” Pas sûr toutefois que ces explications vont convaincre Amnesty International…

Amnesty International dénonce régulièrement le régime saoudien:

Articles sponsorisés