Elon Musk veut nous emmener sur Mars en 2024: et voici son plan pour y arriver

Elon Musk veut nous emmener sur Mars en 2024: et voici son plan pour y arriver

Hier soir, le patron de l’entreprise astronautique et commerciale Space X nous a dévoilé son plan pour coloniser Mars. Elon Musk y croit dur comme fer: il veut envoyer des humains à bord de grands vaisseaux au prix de 200.000 dollars par personne. Et il veut que ces humains s’y établissent dans une ville “autosuffisante”. Son but ultime: faire de l’humanité une “espèce multi-planétaire”.

Mars, “c’est la nouvelle frontière. Y aller, c’est excitant, amusant et désirable au possible”, assène Elon Musk lors de la conférence de Space X qui s’est déroulée mardi soir dans le cadre du 67e Congrès de l’astronautique au Mexique.

Coloniser Mars est la seule raison pour laquelle le milliardaire amasse de l’argent, selon ses propos. Cet entrepreneur de 45 ans originaire d’Afrique du Sud s’est installé dans la Silicon Valley en 2002 et depuis tout lui réussi, que ce soit avec Tesla ou Space X.

Le Dragon d’Elon Musk

Justement son dernier projet en date avec Space X est de nous faire coloniser Mars et ce dès 2024. Mais comment compte-t-il s’y prendre?

Premièrement, Elon a d’abord présenté son petit “Dragon”: il s’agit en fait d’un moyen de transport interplanétaire, rien que ça. L’engin est une combinaison d’une fusée et d’un vaisseau spatial de 122 mètres de long, soit près de deux fois la taille de la Falcon 9 (la fusée de Space X, capable de placer des charges en orbite terrestre à “petit” coût).

Space X compte envoyer une de ces capsules sur Mars en 2018 déjà, “Ce sera comme un train quittant une gare”. Cette capsule sera d’abord inhabitée mais dès 2024, Elon Musk est bien décidé à y envoyer des êtres humains.

Concrètement, ce vaisseau décollera de la terre grâce à un propulseur qui se détachera une fois le vaisseau en orbite terrestre. Ce propulseur retournera ensuite sur terre où il sera rechargé. Une fois rechargé, il retournera vers le vaisseau pour enfin permettre la grande traversée. À noter que l’appareillage devrait bénéficier de panneaux solaires pour lui donner un petit coup de boost durant le voyage.

Des capsules réutilisables

La route vers Mars devrait durer 80 jours et sera “assez fun” selon le milliardaire. Mais il ne s’agit là que d’une première étape: Elon Musk veut que des humains s’y installent dans une ville autosuffisante. À raison de 200 personnes sur 1.000 vaisseaux, il estime qu’il faudrait 40 à 100 ans pour achever une civilisation autogérée sur Mars.

Le nerf de la guerre dans toute cette aventure, ce sont les coûts. C’est pourquoi Elon Musk insiste sur le côté réutilisable de ses capsules. Pour retourner sur terre, elles auront besoin de carburant. Un carburant que les colonisateurs pourraient trouver dans les réserves de méthane de la planète rouge. L’idée est de construire des sortes de fermes à carburant.

“Se préparer à mourir”

Donc voilà, s’il te prend des envies de voyage que tu as 200.000 dollars à dépenser d’ici 2024, tu sais ce qu’il te reste à faire. Elon Musk prévient néanmoins qu’il faut nous “préparer à mourir”. ” Loin de lui l’idée d’effrayer tout le monde mais “les premiers voyages seront très dangereux, il faut en être conscient”, insiste-t-il. Elon Musk veut néanmoins limiter au maximum les risques, notamment ceux d’attraper un cancer suite aux radiations.

Ceci étant dit, pour le milliardaire, le jeu en vaut vraiment la chandelle: “Ça pourrait être une aventure incroyable, c’est même la chose la plus inspirante que je n’ai jamais imaginée. La vie doit être plus que de résoudre des problèmes quotidiens. Il faut se réveiller et être excité par notre futur, être inspiré, et vouloir vivre.”

Enfin, tout ça n’est qu’une première étape. À terme, Elon Musk veut nous faire voyager dans tout le système solaire. Quand à savoir si ce sont là les rêves d’un savant fou ou des objectifs réalisables, le futur nous le dira. Un futur pas si lointain finalement.

Une espèce multi-planétaire, le rêve complètement fou d’Elon Musk

Source: The Verge

Articles sponsorisés