Des manifestants en guise d’accueil pour Donald Trump en visite à Dayton, toujours sous le choc de la fusillade

EPA

Donald Trump est allé rendre visite aux familles des victimes de la terrible fusillade de Dayton Ohio durant laquelle neuf personnes ont perdu la vie. Mais en guise d’accueil pour le président, des cris et des pancartes.

Donald Trump a donc goûté à la colère des manifestants en se rendant à Dayton et El Paso, récemment touchés par deux fusillades qui ont fait 31 victimes en tout. Dès son arrivée, le président s’est rendu à l’hôpital de la ville pour rendre visite aux survivants et aux familles des victimes. C’est non loin de l’établissement que les manifestants l’attendaient, armés de leurs pancartes et de leur ballon “baby Trump”, tu sais ce ballon en forme de petit Trump colérique.

EPA

USA VS NRA

Le message de ces habitants en colère était on ne peut plus claire: boycotter la NRA, le très puissant lobby américain des armes à feu qui empêche toute tentative de contrôler le marché des armes à feu et d’interdire les fusils d’assaut. Ce lobby est tellement puissant qu’il est presque inenvisageable qu’une telle avancée arrive un jour. Le président avait d’ailleurs déclaré qu’il “y avait peu d’appétit politique” à Washington pour procéder à une telle réforme.

Ce n’est pas très bon signe alors qu’on ne parle même pas d’interdir la vente de toutes les armes, seulement les fusils d’assaut. Par contre, rappelons que Donald Trump s’est dit favorable à une évolution législative pour empêcher les personnes ayant des problèmes psychiatriques de posséder une arme à feu. Une proposition déjà faite après la fusillade en Floride en février 2018 mais qui n’a visiblement abouti à rien.

Dans l’oeil du cyclone

Mais qu’importe si le président met de l’eau dans son vin pour tenter de contenter tout le monde, forcé de constater qu’il est dans de mauvais draps. En effet, il semble être tenu pour responsable des deux fusillades qui ont frappé le pays en moins de treize heures. On l’accuse de créer un climat favorable à ce genre de tuerie quand il parle “d’invasion” de migrants d’Amérique Central et de Mexicains violeurs.

Car comme par hasard, le tueur d’El Paso reprenait exactement ces mêmes termes dans un manifeste mis en ligne avant son passage à l’acte. Les adversaires de Donald Trump aux prochaines élections américaines utiliseront sans aucun doute son langage offensant pour l’attaquer. C’est d’ailleurs ce que va faire Joe Biden dans un discours qui a déjà été rendu public. Il compte bien dénoncer son langage “toxique” qui a attisé les flammes de la suprématie blanche”.

Donald Trump va devoir s’habituer à essuyer les critiques à ce sujet mais heureusement il peut toujours compter sur ses supporters, qui étaient aussi présents en nombre à Dayton pour l’accueillir.

EPA

Articles sponsorisés