Coup dur pour la Vivaldi: le MR refuse de soutenir la candidature de Khattabi (Ecolo) à la Cour constitutionnelle

Georges-Louis Bouchez, président du MR et sénateur. - Isopix

Ce vendredi, l’ancienne co-présidente d’Ecolo sera proposée au vote de 60 sénateurs pour son accession à la Cour constitutionnelle. Après un premier échec, la désormais députée fédérale devra comptabiliser 40 voix pour passer. Avec un soutien nécessaire du MR. On n’en prend pas le chemin, entend-on de bonne source.

Y a-t-il encore une potentielle coalition Vivaldi? Pour faire valider la candidature de Zakia Khattabi (Ecolo) à la Cour constitutionnelle, tous les partis suivants seront nécessaires: socialistes, écologistes, libéraux et démocrates-chrétiens.

Or les relations sont pour le moins tendues entre les verts et les libéraux, et ça ne date pas d’hier. Beaucoup ont encore en mémoire la dernière campagne électorale à couteaux tirés.

Plusieurs dossiers récents exacerbent ces tensions. À des degrés divers et à différents niveaux: en Wallonie, les deux partis n’étaient pas sur la même longueur d’onde dans le dossier des panneaux photovoltaïques. Au fédéral, par contre, les deux partis ont pu s’entendre sur l’exclusion des aides d’État aux entreprises qui profiteraient d’un paradis fiscal ou qui verseraient des dividendes durant la crise. Mais à Bruxelles, c’est la réduction du nombre de voies à la rue de la Loi au bénéfice des piétons et des cyclistes qui a mis le feu aux poudres. Car cette décision aurait été prise sans concertation.

Ajoutez à cela la sortie récente d’Ecolo à propos du CNS – ‘l’humain avant l’économie’ – qui a passablement énervé le président du MR, Georges-Louis Bouchez (MR). Si la Première ministre a finalement pu entendre ces critiques, qui émanaient également de la population (vidéo de Jérôme Colin – présentateur sur La Première – partagée des milliers de fois sur Facebook), en proposant une visite de 4 personnes au sein d’une même famille le jour de la fête des Mères, les félicitations triomphalistes d’Ecolo ont certainement ajouté un grain de sable supplémentaire.

Dans l’autre sens, la sortie du jeune président du MR sur la culture et son plan pour une sortie de crise ont été peu goûté par les verts, alors que Bénédicte Linard, ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, planche sur ce dossier depuis longtemps.

Acte I

Zaka Khattabi – Isopix

Georges-Louis Bouchez est toutefois un acteur incontournable de cette pièce en plusieurs actes. Car le président des libéraux est aussi sénateur. Fin 2019, alors qu’il était négociateur pour une hypothétique coalition Vivaldi, Georges-Louis Bouchez s’était déplacé personnellement pour soutenir la candidature de la Bruxelloise.

À l’époque, le Vlaams Belang et la N-VA avaient montré une vive opposition à l’ancienne co-présidente d’Ecolo, ne la jugeant pas compétente pour le poste de juge à la Cour constitutionnelle et la qualifiant ‘de militante pour des frontières ouvertes’. D’autres partis flamands hésitaient également. Le vote étant secret, Ecolo craignait de ne pas voir sa candidate obtenir les 40 voix nécessaires.

Rappelons à ce stade que la Cour constitutionnelle est composée de juges professionnels complétés par des personnalités politiques: la tradition veut que chaque parti envoie un juriste ou un expert. Mais il n’y a pas de réglementation: un diplôme en droit n’est par exemple pas nécessaire. Une règle non-écrite considère que les partis ne doivent pas se mettre de bâtons dans les roues puisque deux tiers des voix étant nécessaires, cela mènerait à des blocages réguliers. Or, il n’y a par exemple eu aucun souci pour la candidate du sp.a Yasmine Kherbache, au contraire de Zakia Khattabi.

Ecolo en a pourtant fait un symbole. Les partis favorables à une Vivaldi devaient montrer de la bonne volonté face aux réticences du Vlaams Belang (7 santeurs) et de la N-VA (9 sénateurs). Mais avec 37 voix contre 60, cela n’a pas suffi, même avec les voix de Georges-Louis Bouchez et du MR. Du côté de l’Open VLD, Els Ampe a elle aussi voté contre, ce qui témoignait déjà de difficultés. Les deux autres votes manquants? Sans doute ceux du PTB/PVDA (5 sénateurs). Sans certitude, le vote étant secret.

Acte II

Aujourd’hui, la situation s’est encore détériorée. La coalition Vivaldi, comme la coalition N-VA/PS par ailleurs, se sont fracassées de nombreuses fois sur le refus des uns ou le veto des autres. Pour en arriver au gouvernement que l’on connait: un gouvernement minoritaire en affaires courantes aux pouvoirs spéciaux soutenu par un ensemble de partis depuis l’opposition.

Mais Ecolo ne veut certainement pas abandonner sa candidate, et Zakia Khattabi présentera à nouveau sa candidature ce vendredi, le parti voulant ainsi faire ‘respecter l’État de droit’. Ecolo a longtemps fustigé ‘une campagne agressive, sexiste et raciste’ à l’encontre de sa candidate. Du côté des verts flamands, l’explication a été un peu plus nuancée: ‘C’était peut-être un peu trop ambitieux de vouloir immédiatement rejoindre cette Cour constitutionnelle en tant que co-présidente sortante. Parce que dans ce travail de chef de parti, vous entrez inévitablement en conflit avec d’autres partis. Mieux valait laisser une période de refroidissement entre les deux.’

Mais que va donc faire le MR cette fois-ci? ‘L’Histoire ne repasse pas les plats. Si les gens n’ont pas voulu y goutter la première fois, pourquoi forcer les choses?’, entend-on dans l’entourage du président du MR. Les libéraux francophones ne vont pas apporter leur soutien: ‘Après que notre président ait été tellement attaqué par Ecolo, c’est une question de crédibilité. Si le MR devait se plier pour les verts maintenant, Bouchez serait étrangement perçu en interne’, nous précise-t-on. Mais aussi à l’extérieur, des militants ayant demandé personnellement au président du MR de ne pas s’engager dans cette voie.

Outre les bisbilles à différents niveaux de pouvoir, c’est l’attitude de Jean-Marc Nollet (Ecolo) au sein du super-kern (Kern + 10 partis) qui irrite. Ecolo ferait entendre son mécontentement sur plusieurs orientations à prendre. ‘Il joue un pur rôle d’opposition’, sans se montrer constructif, entend-on du côté des libéraux.

Ce super-kern est lui aussi un symbole. Alors qu’il aurait pu servir de laboratoire à une Vivaldi, il s’y déroule maintenant plutôt l’inverse. C’est ce qu’on entend de la part de plusieurs présidents de parti depuis un certain temps: l’étincelle s’est éteinte entre les verts et les libéraux, et les socialistes commenceraient eux aussi à douter.

Enfin, pour ce qui est de la nomination de Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle, rappelons que le si les voix du MR étaient nécessaires, elles n’étaient pas suffisantes. Els Ampe (Open VLD) a d’ailleurs fait savoir ce jeudi après-midi qu’elle ne changerait pas d’avis sur son précédent vote. La messe est dite ?

Source: BusinessAM

Articles sponsorisés