Left Right
scrollTop top

Blue Origin de Jeff Bezos porte plainte contre le choix de SpaceX pour le retour des USA sur la Lune


© Blue Origin ne digère pas la décision de la Nasa. (AP Photo/Patrick Semansky)

La Nasa veut retourner sur la Lune en 2024. Pour ce faire, elle a annoncé attribuer cette mission à SpaceX et donc miser sur sa fusée Starship, encore en cours de développement. Une décision qui rend Blue Origin furieuse: la société de Jeff Bezos a porté plainte.

SpaceX a été choisie il y a une dizaine de jours par la Nasa pour déposer les prochains astronautes américains sur La Lune. La mission devrait avoir lieu en 2024. Le contrat s’élève à 2,9 milliards de dollars. Parmi les autres firmes candidates à cet appel d’offres, on retrouvait Blue Origin (Jeff Bezos), qui s’était alliée à trois grands noms de l’aérospatiale (Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper). Dynetics s’était également portée candidate.

Blue Origin a annoncé lundi avoir déposé plainte auprès du Government Accountability Office (GAO), une agence dépendant du Congrès américain, contre ce choix. L’entreprise réclame que la justice annule la décision, et qu’elle invite la Nasa à ‘solliciter de nouvelles offres’ en clarifiant les ‘fonds disponibles’.

Un choix risqué et une crainte de monopole

Dans sa déclaration officielle, Blue Origin avance deux arguments pour critiquer le choix de la Nasa.

D’une part, la firme de Jeff Bezos estime que confier une telle mission à une seule entreprise – et non à deux, comme la Nasa l’avait d’abord annoncé – est un choix ‘à haut risque’ qui lz prive d’un ‘plan de secours’. Surtout que tout reposera sur une fusée, Starship, qui est toujours en cours de développement.

‘La Nasa a réalisé une acquisition défectueuse pour son programme’ de vaisseau lunaire, ‘et changé les règles du jeu au dernier moment’, dénonce Blue Origin. Cette ‘décision élimine la possibilité de concurrence […] et ne fait pas que retarder, mais aussi met en danger le retour de l’Amérique sur la Lune.’

Selon Blue Origin, la Nasa a mal jugé les risques induits par le choix de la solution de SpaceX, d’‘un véhicule entièrement nouveau’ pour lequel ‘le développement est notoirement difficile’. Des prototypes de cette fusée sont actuellement à l’essai au Texas. Sur les quatre derniers tests en date, il y a eu trois échecs et un ‘succès partiel’: les prototypes ont à chaque fois explosé peu avant ou lors de la phase atterrissage. Les lancements se sont en revanche bien déroulés. Un nouvel essai est prévu cette semaine.

D’autre part, Blue Origin estime que SpaceX pourrait progressivement éliminer toute concurrence. La société de Jeff Bezos craint que la décision de la Nasa ne crée ‘un monopole potentiel pour toutes les futures missions d’exploration’.

Enfin, l’entreprise déplore le fait que le choix de la Nasa aurait été principalement conduit par des motifs financiers. Selon Blue Origin, l’agence spatiale américaine a ‘fait du prix (le coût pour le gouvernement) le facteur le plus important’ à cause de coupes ‘perçues’ dans les budgets.

Elon Musk préfère en rire

Cet épisode ne constitue pas le premier conflit entre Elon Musk et Jeff Bezos à propos de leurs ambitions spatiales. Les deux centi-milliardaires s’écharpent sur le sujet depuis une quinzaine d’années.

Le patron de SpaceX n’est évidemment pas resté sans réaction face au dépôt de plainte de Blue Origin. Pour y répondre, il a choisi son terrain de jeu favori: Twitter. ‘Je n’arrive pas à me mettre en orbite, lol’, a-t-il écrit, une blague ayant trait à l’anatomie masculine et, surtout, au fait que Blue Origin n’a pas encore réussi de vol orbital.

Avec sa fusée New Shepard, Blue Origin n’a pour l’instant réussi que des vols suborbitaux. La société envisage d’effectuer son premier vol orbital en 2022, avec sa fusée New Glenn.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…