Au Danemark, le gouvernement songe à envoyer des réfugiés sur des îles désertes

Au Danemark, le gouvernement songe à envoyer des réfugiés sur des îles désertes

La ministre danoise de l’Immigration a annoncé qu’elle était ouverte à une proposition de solution du parti d’extrême droite à la situation des réfugiés. L’idée soumise est celle-ci: exiler les réfugiés dont les demandes d’asile sont rejetées sur une ou plusieurs des 300 îles inhabitées des côtes danoises. 

Pour le moment au Danemark, près d’un millier de demandeurs d’asile déboutés au Danemark attendent leur expulsion. Et comme dans chaque pays, le gouvernement cherche des solutions pour gérer la situation de l’immigration.

Seulement voilà, au Danemark, une piste de solution proposée par le parti d’extrême droite est sérieusement étudiée par la ministre de l’Immigration. C’est ce qu’on peut lire dans le quotidien danois Berlingske. L’idée, que l’on doit au parti populiste d’extrême droite “parti du peuple danois” (Dansk Folkeparti, ou DF), serait d’envoyer les réfugiés dont la demande d’asile a été refusée sur une ou plusieurs des 300 îles désertes situées dans les eaux danoises.

“Un projet intéressant”

Inger Støjberg est membre du parti libéral du Danemark (Venstre), et depuis juin 2015, elle occupe le poste de ministre de l’Immigration et de l’Intégration dans le gouvernement du Premier ministre Lars Løkke Rasmussen. Dans les colonnes du journal danois, la ministre a expliqué être “toujours prête à écouter les bonnes idées pour le suivi des demandeurs d’asile”.

Selon Støjberg, le projet est intéressant mais pas immédiatement réalisable. “Il pourrait y avoir des obstacles pratiques et juridiques pour établir un centre de déportation dans un endroit très isolé, et ce sont des choses qu’il faut prendre en compte”, a-t-elle déclaré.

epa

“Des containers ou des tentes”

La plupart des demandeurs d’asile déboutés résident actuellement dans une ancienne prison d’état dans le centre du pays. Mais les résidents locaux se sont plaints de vols à l’étalage et affirment qu’ils ne se sentent pas en sécurité en raison de la présence de ces migrants à proximité.

Selon le DF, le coût ne devrait pas être un obstacle. “Peut-être que nous pouvons trouver une île sur laquelle il y a déjà des constructions, mais sinon, le centre pourrait être établi à partir de n’importe quoi: des containers dans lesquels les gens pourraient vivre, ou des tentes”. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du parti, Martin Henriksen.

Le DF est très attaché à la politique d’asile du gouvernement. L’année dernière, il a suggéré la possibilité que la police impose une assignation à résidence aux demandeurs d’asile mineurs qui se seraient mal comportés.

Cette proposition faisait suite à la mise en cause que 5 garçons âgés d’entre 14 et 17 ans du centre d’asile de Tullebølle. Ils avaient été accusés d’agressions sexuelles et de viol commis sur des visiteuses du festival Langeland, sur l’île de Funen.

Articles sponsorisés