3 jours à Motorbass: le prochain album de Lomepal sera-t-il rock?

Arte - Capture d'écran

Il ne s’en est jamais caché. Avec son documentaire 3 jours à Motorbass, Lomepal continue d’alimenter son univers rock. Alors, spéculons outrageusement et balançons moultes pavés dans la mare: le prochain album de Lomepal sera-t-il rock?

Le rap est le nouveau rock. Cette phrase, on l’a entendue à plusieurs reprises, notamment dans la bouche de Roméo Elvis. D’abord dans son omniprésence dans l’univers musical actuel, mais aussi aujourd’hui dans la manière dont les techniques se mélangent au fil des sorties. Rap et rock se répondent et les parallèles “faciles” finissent par devenir logiques.

Lomepal fait-il encore du rap?

Lomepal, lui, ne semble pas trop se soucier de l’étiquette qu’on lui colle. Déjà à la sortie de Jeannine, son dernier album, la question se posait: Lomepal fait-il encore du rap? Ou va-t-il peu à peu vers la pop-rock, voire le rock? Avec 3 jours à Motorbass, longue session-documentaire filmée pour Arte et nouvel album d’auto-reprises du chanteur, on peut se laisser à penser que le prochain album de Lomepal sera résolument rock, comme il l’a un jour promis.

“Ma manière de chanter est influencée par le rap, dans ma façon de rimer, de placer les mots. Après, c’est sûr que faire juste du rap, ça ne m’intéresse plus. J’ai juste essayé de faire des bons morceaux, quelle que soit la technique.”, racontait-il au magazine Magma en janvier dernier, qui lui demandait s’il avait totalement laissé tomber le rap.

D’A$AP Rocky à Julian Casablancas

Il ne s’est jamais caché de cette ambition. Autant fan d’A$AP Rocky que de Julian Casablancas, leader des mythiques Strokes qui ont apporté le renouveau du rock dans les années 2000 avec Is This It, Lomepal emprunte autant aux flows rythmés qu’aux mélodies rocailleuses.

Avant 3 jours à Motorbass, les signes avant-coureurs se sont multipliés. Nombreux avaient été surpris d’entendre le presque-scream d’Antoine durant le clip de Momes. On oublie aussi trop souvent sa collaboration avec Alt-J, qui démontrait sa capacité à se mêler à quelque chose de plus chanté, plus mélodieux.

Rock/rap, une longue histoire de haine et d’amour

Le mélange rock-rap est loin d’être une nouveauté. Gorillaz, Limp Bizkit et les Beastie Boys (et plus récemment Post Malone et XXXTentacion) existent pour une raison. Mais si les cousins anglo-saxons sont plébiscités et connus, on a plus de mal à traverser les pratiques en francophonie. Peut-être parce que le rock francophone est lui aussi peu souvent reconnu? C’est un autre débat.

Avec Motorbass, Lomepal va aussi dans “autre chose” dans le mélange. Si la plupart des groupes de “rap rock” marquent leur scission, avec un refrain et des couplets qui se détachent tout en s’accordant, Lomepal fusionne. Il le décrit lui même très bien: du phrasé rap avec des mélodies rock. La technique en moins, la mélodie poussée.

Alors, un album rock?

Il y a bel et bien quelque chose à la Julian Casablancas chez Lomepal. À une époque où nombre d’artistes ne se résument pas à un style, rendant la vie difficile aux critiques qui tentent de les catégoriser, 3 Jours À Motorbass signe la transition d’Antoine. Le rap, il le rythme encore fort au cours de ses featurings. Le rock, il lui est intrinsèque. S’entourer de guitares électriques et se tenter au scream n’en sont que des signes flagrants.

Alors, le prochain album de Lomepal sera-t-il rock? Peut-être. Il faudra de toute façon attendre que l’artiste finisse d’explorer ses projets sur le côté pour l’entendre: “J’aimerais écrire pour le cinéma, un film!” avait-il déclaré au magazine québécois Nightlife. Sa prochaine sortie ne se passera pas avant 2020 (au moins).

Je ne vais pas écrire tout de suite. Pour la réédition oui, je vais écrire quelques morceaux, mais je ne pense pas faire un album avant un bon moment. Peut-être que ça va me démanger en 2020, mais là l’année 2019 est bien chargée ! J’ai encore pas mal de concerts et des projets parallèles sur lesquels j’aimerai me pencher.

Lomepal pour Nightlife

En attendant, 3 jours à Motorbass , autant dans son esthétique que ses airs, propose une nouvelle vision de Jeannine et Flip. À tout avouer, tant pis si Lomepal n’a rien inventé. Mais s’il y a moyen de l’entendre chanter ses textes sur une instru des Strokes, ce serait pas mal.

Articles sponsorisés