Left Right
scrollTop top

Une start-up britannique trouve le moyen de lutter contre le réchauffement climatique grâce… aux chips et à la bière


© ISOPIX

Pour lutter contre le réchauffement climatique, chacun doit y mettre du sien. Souvent critiquée, l’industrie agro-alimentaire essaie elle aussi d’apporter sa pierre à l’édifice. Au Royaume-Uni, une start-up a créé un système alliant bière et chips pour réduire les émissions de CO2.

Spécialisée dans la production de chips, l’entreprise britannique Walkers indique avoir utilisé une technique de production d’engrais révolutionnaire. Elle lui a été fournie par CCm, une société active dans l’optimisation des ressources, qui crée notamment des technologies permettant le captage et l’utilisation du CO2.

Comment ça marche ?

Cette technologie mêle la production de bière et celle de la pomme de terre. D’un côté, elle capte le CO2 émis lors de la fermentation de la bière. De l’autre, elle mélange ce dioxyde de carbone à des déchets de pommes de terre. Le tout forme de l’engrais, qui est utilisé dans les champs pour la production de nouvelles pommes de terre.

Alors que la production d’engrais rejette normalement beaucoup de CO2, cette innovation permet de réduire totalement ces émissions. Walkers, qui l’a testée cette année, estime qu’elle lui permettra de réduire l’ensemble de ses émissions de dioxyde de carbone de 70%. Séduite, l’entreprise spécialisée dans les chips compte équiper de cette technologie son usine principale – basée à Leicester – d’ici 2022. Elle doit encore décider de la brasserie avec laquelle elle compte collaborer.

Point positif supplémentaire, CCm affirme que sa technique de production d’engrais à base de CO2 ne coûte pas plus cher que les techniques polluantes utilisées jusque là. Cela devrait donc intéresser d’autres entreprises du secteur agro-alimentaire.

Le Royaume-Uni précurseur

Puisqu’elle permet d’absorber plus de CO2 qu’elle n’en émet, cette technologie permet non pas la neutralité mais bien la négativité carbone. Le Royaume-Uni a fait de ce principe, baptisé CCU (Carbon Capture and Usage), un des piliers de sa ‘révolution verte’. Les autorités britanniques encouragent financièrement ce procédé. CCm, la start-up à l’origine de cet engrais à base de CO2, a profité d’une subvention afin de mener à bien son projet.

De son côté, Walkers n’en est pas à son coup d’essai en matière de gestes pour le climat. Avant d’opter pour cet engrais vert, l’entreprise avait déjà installé un digesteur anaérobie, qui alimente les bactéries avec les déchets de pommes de terre pour produire du méthane utile. Ce méthane est brûlé pour produire de l’électricité utilisée dans le processus de friture, ce qui permet d’économiser du gaz fossile.

‘Cette innovation (ndlr: l’engrais à base de CO2 et de déchets de pommes de terre) pourrait apporter des enseignements pour l’ensemble du système alimentaire, permettant au secteur agricole de jouer son rôle dans la lutte contre le changement climatique’, s’est réjoui David Wilkinson, CEO de PepsiCo, le groupe qui détient Walkers.

Parmi les géants de l’agroalimentaire, PepsiCo est considéré comme un bon élève en matière de lutte contre les émissions de carbone. En revanche, le groupe est souvent pointé du doigt pour sa pollution plastique. D’après une récente étude de de #breakfreeforplastic, Pepsico serait d’ailleurs l’un des plus gros pollueurs plastiques du monde, avec Coca-Cola et Nestlé.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…


Corona Virus Update

  • World
  • Number of
    infections
  • Number of
    deaths
  • Belgium
  • Number of
    infections
    699.662
  • Number of
    deaths
    20.933