Une marche tous les mois, des actions toutes les semaines: le programme de Youth for Climate par Adélaïde Charlier

EPA

Ce vendredi marque le retour des marches de Youth for Climate dans rues de Bruxelles. Avec en tête de file deux jeunes filles: Anuna de Wever et Adelaïde Charlier. Cette dernière a d’ailleurs donné le programme des actions à venir.

C’est donc le retour des étudiants et leurs pancartes rigolotes dans les rues! Ce vendredi, les jeunes reprendront d’assaut les rues de Bruxelles pour faire entendre leur voix et exiger plus d’actions concrètes en faveur du climat. Parmi les marcheurs, on retrouvera bien entendu la figure de proue du mouvement au sud du pays: Adélaïde Charlier.

Le rendez-vous est fixé à 12h30 à cette bonne vieille gare du nord et les étudiants/élèves belges seront imités dans bien d’autres pays comme aux États-Unis où des milliers de jeunes marcheront aux côtés de Greta Thunberg dans les grandes avenues de New York.

Une marche par mois

L’année scolaire précédente, Anuna de Wever et Adélaïde Charlier avaient organisé une vingtaine de marches entre janvier et mai avec parfois des rassemblements chaque semaine. Cette année, cela sera sans doute un peu plus organisé et structuré. En effet, les marches auront lieu toutes les fins de mois, principalement à Bruxelles mais aussi dans d’autres villes pour réussir à concerner tout le monde, partout dans le pays.

Mais à côté de ça, de Wever et Charlier vont multiplier les projets pour donner une plus grande visibilité à Youth for Climate. Adélaïde Charlier s’explique pour la RTBF: “Dans deux semaines, je vais partir en Amérique latine avec Anuna de Wever pour un projet à la COP25 qui se déroulera au Chili début décembre. Avant ça, on sera au Brésil pour un projet dans la forêt amazonienne.” Oui, leur vie est plutôt pas mal.

“Des annonces wallonnes encourageantes”

Le gouvernement wallon est (enfin) formé et a déjà fait ses annonces en matière de programme où l’écologie et la question climatique ont une place bien plus importante qu’avant. Pour Adélaïde Charlier, c’est une bonne chose mais ce n’est pas encore suffisant.

On rappelle que le nouveau gouvernement a promis d’encourager et de favoriser la mobilité à vélo ainsi qu’en transport en commun tout en soutenant la biodiversité en replantant des haies par exemple. Bien, mais pas assez. “Malheureusement, ce n’est pas encore suffisant pour atteindre nos objectifs de 2030 qui sont – 55% de CO² donc il va falloir encore aller plus loin. Nous devons aller vers une société zéro carbone dès 2050” déclare-t-elle.

Et compte sur elle et sur tous les autres étudiants pour qu’ils le fassent savoir dès ce vendredi à Bruxelles.

Articles sponsorisés