Un fail de plus pour Theresa May: sa volonté de gouverner avec le DUP, un parti chrétien anti-gay, est loin d’être appréciée

Un fail de plus pour Theresa May: sa volonté de gouverner avec le DUP, un parti chrétien anti-gay, est loin d’être appréciée

La Première ministre britannique Theresa May a perdu les élections législatives qu’elle avait elle-même convoquées pour renforcer sa majorité au parlement et mieux négocier le Brexit avec l’UE. Elle doit donc maintenant former une coalition pour pouvoir à nouveau gouverner. Quel partenaire a-t-elle choisi? Le DUP, un parti nord-irlandais, orthodoxe conservateur, eurosceptique, contre le mariage homosexuel et l’avortement. Pas top.

Les choses se compliquent sérieusement pour Theresa May. Après sa cuisante défaite aux élections législatives jeudi dernier, qui lui ont fait perdre sa majorité absolue au parlement, la Première ministre est contrainte de former une coalition avec un autre parti pour être à nouveau en position de force au parlement et pouvoir entamer les négociations sur le Brexit. Sauf que sur ce plan, elle s’est complètement trompée de partenaire. Et ça passe mal pour de nombreux Britanniques.

Theresa May a ainsi formé un « accord sur les grandes lignes » avec le petit Parti unioniste démocrate nord-irlandais (le DUP), et les discussions sont en cours pour parvenir à un accord final de gouvernement. C’est ce qu’a indiqué ce matin dans la presse britannique un porte-parole de Downing Street. Plutôt que de démissionner, c’est avec ce parti chrétien qu’elle a décidé de tenter de gouverner à nouveau. Le soutien des dix élus DUP permettra, en effet, à son parti conservateur d’atteindre tout juste une courte majorité (329 sièges, soit 3 de plus que le minimum requis pour obtenir la majorité absolue), et donc de former un gouvernement minoritaire. Bonne nouvelle? Non, de nombreux Britanniques sont en colère.

Un parti anti-gay, anti-avortement

Le souci, c’est que le DUP est un parti orthodoxe hyper conservateur. En grand eurosceptique, il ne veut accorder aucun statut spécial pour l’Irlande du Nord dans les négociations avec l’Union européenne. Mais le pire concerne ses positions sociétales. Fervent opposant au mariage homosexuel, il veut légaliser les discriminations envers la communauté LGBT. Il n’est pas non plus l’ami des féministes, puisqu’il veut interdire et criminaliser l’avortement. Il veut également rétablir la peine de mort et que les enfants apprennent le créationnisme au cours de sciences à l’école.

Du coup, pour une bonne partie de la population, cet accord de « confiance » entre les Tories et le DUP est indigeste. Une pétition a d’ailleurs été mise en ligne pour dénoncer le deal et exiger de Theresa de démissionner. En à peine 24 heures, elle a atteint le nombre record de 500.000 signatures. Et elle en est maintenant à 650.000.

En outre, des centaines de Britanniques sont descendus hier dans les rues du centre de Londres pour exprimer leur colère, à coup de slogan « Pray the DUP away » (« Priez pour que le DUP parte »). Son éventuel partenaire de coalition est donc bien loin de faire l’unanimité. La Première ministre n’aurait-elle pas un peu trop précipité les choses?

epa
epa
epa

Articles sponsorisés