Un accord pour le gouvernement bruxellois trouvé: pas de MR à Bruxelles

(Photo by Dursun Aydemir/Anadolu Agency/Getty Images)

Cette nuit, le gouvernement bruxellois a esquissé son contour et l’a signé. À 3h30 du matin, les négociateurs du PS, d’Ecolo, de DéFI, de Groen, de l’Open Vld et de one.brussels-sp.a annonçaient à Belga qu’un accord de 120 pages avait été trouvé. Le casting du gouvernement devrait suivre tandis que le MR grince des dents.

Ces négociations ont été rythmées par l’interrogation autour de l’absence du MR, mais aussi de la présence de l’Open VLD, son homologue flamand. On imagine que la décision pour ce dernier d’accepter une coalition sans avoir d’autre partenaire du côté de la droite traditionnelle était l’un des derniers points à régler pour lancer ce gouvernement.

epa

À plusieurs reprises, le parti de Gwendolyne Rutten (Open VLD) avait soutenu l’idée de faire venir un septième partenaire au sein du gouvernement, sous la pression duo Michel-Reynders (MR). Mais la régionale bruxelloise de l’Open vld s’est petit à petit éloignée de la position de son parti mère. Et les autres partenaires francophone n’en voulaient pas: le MR ne fera pas partie de l’attelage bruxellois.

Les derniers détails du casting

L’accord du gouvernement sera lui présenté officiellement cette après-midi. Il sera ensuite transmis aux instances des partis dans la soirée. Quant à la composition et la répartition des compétences, on se doute déjà que Rudi Vervoort (PS) se retrouvera à la tête du gouvernement. Pour le reste, il faudra attendre cette nuit, à la reprise des négociations, pour en avoir connaissance.

On peut attendre de ce gouvernement un énorme focus sur la mobilité et des logements durable: une Bruxelles sans carbone à l’horizon 2050 sera-t-elle possible? Pour ce gouvernement, il faudra passer par l’isolation des bâtiments, la généralisation de la zone 30, de nouvelles lignes de métro et de tram, la rénovation des parcs existants, de meilleurs logements sociaux…

Un gouvernement bruxellois devrait donc tomber avant le 21 juillet.

“Manque de cohérence”

Sans surprise, le MR fustige par communiqué le manque de “cohérence en termes de projets et de gouvernance entre Bruxelles, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles.” Les libéraux constatent que Bruxelles a voulu avancer seule “sans concertation avec les autres entités”.

Il est vrai qu’une coalition arc-en-ciel (en y ajoutant DéFI à Bruxelles) pouvait se dessiner à chaque niveau de pouvoir, jusqu’au fédéral. Mais les partis francophones ne voulaient pas du MR dans la capitale car ils pouvaient s’en passer. Ça ne sera pas le cas en Wallonie où le MR est indispensable au contraire d’Ecolo. Les libéraux vont donc pouvoir se montrer plus exigeants dans le sud du pays.

D’un autre côté, les négociations autour de Bruxelles presque achevées, les différents partis autour de la table vont maintenant pouvoir mettre leur énergie à d’autres échelons. Rappelons qu’à la Fédération Wallonie Bruxelles, le tandem Ecolo-PS ne suffit pas non plus. Tandis qu’en Flandre, Bart De Wever (N-VA) a décidé de suspendre sa décision tant qu’il n’y aurait pas plus éclaircissements à l’échelon fédéral, sans oublier qu’une coalition arc-en-ciel éjecterait les nationalistes. Le jeu de domino se met en place.

Articles sponsorisés