Tu manges trop aux fêtes de fin d’année? Voici donc les risques auxquels tu t’exposes quand tu te gaves

Tu manges trop aux fêtes de fin d’année? Voici donc les risques auxquels tu t’exposes quand tu te gaves

La moyenne des Occidentaux boufferait trop durant les fêtes de fin d’année, principalement à Noël. Jusqu’à trois fois la dose quotidienne de calories recommandée. Le problème, c’est que cette voracité n’est pas sans conséquence: le corps humain peut en souffrir. Et parfois, gravement.

Saumon fumé sauvage, huîtres fraîches de Bretagne, dinde fourrée aux marrons, bûche de Noël, pousse-café, fromage… la plupart des Occidentaux ont tendance à se gaver lors des fêtes de fin d’année. Selon le journal britannique The Independent, la plupart des gens engouffrerait jusqu’à trois fois la dose journalière normalement recommandée durant cette période festive.

La quantité de calories normalement recommandée varie entre 2.000 et 2.500. Mais durant les fêtes, il semblerait que les Occidentaux engouffrent jusqu’à 6.000 calories, a calculé le média anglais Metro. Ce qui demanderait 21,5 heures de marche pour s’en débarrasser. Mais le vrai danger se situe au niveau du système digestif. Celui-ci peut vraiment se blesser si tu manges trop.

Capacité de l’estomac

Ton estomac est un petit sac blotti dans ton abdomen dont la taille ne dépasse généralement pas celle d’un poing. C’est un muscle prévu pour s’agrandir au fur et à mesure qu’il se remplit et il produit de l’acide pour bien broyer toute la bouffe qui y s’accumule. Vide, l’estomac contient dans les 40 ml de liquide mais le volume “blindé” peut atteindre les 800 ml voire les 1.000 ml (1L).

Les vestiges de nourriture passent ensuite par le petit intestin (environ 6 mètres de long) avant d’atteindre le gros intestin (1,5 mètres). Le gros intestin envoie la majeure partie de l’eau vers le réseau sanguin et le reste se transforme en déchets. Mais le danger se situe en amont.

Reflux acides et fatigues

En arrivant dans l’estomac, la dinde de Noël peut soit suivre son chemin, soit remonter – si le passage est bloqué – sous la forme de vomissements. L’estomac qui ne suit plus la cadence balance plein d’acide et celui-ci finit par remonter dans l’œsophage. Si l’estomac supporte l’acide, l’œsophage pas du tout. Et c’est ce qui entraîne les reflux brûlants.

iStock
La digestion consume une grande partie de l’énergie corporelle. C’est pourquoi tu peux te sentir fatigué et somnolent en arrivant au fromage.

Mort par rupture de l’estomac

Mais il y a pire: ton estomac pourrait éclater. Le journal médical The Lancet a répertorié en 1985 une mort pour rupture d’estomac. Une modèle de 23 ans s’était tellement empiffrée que son estomac avait atteint les 2.500 ml. L’estomac avait alors éclaté et le liquide s’était répandu partout, des côtes jusqu’au pelvis.

Comme l’explique Tastemade, cette femme avait mangé un bifteck de 200 gr, 450 gr de foie, 1 kg de rein, deux oeufs, un chou-fleur, 10 pêches, quatre poires, quatre bananes, deux pommes, deux verres de lait, deux tranches de pain, un kilo de raisin, un de prunes et un autre de carottes.

Il est donc possible de mourir en mangeant trop. Bon appétit!

Articles sponsorisés