Tu imagines prendre un taxi volant pour rentrer de soirée? Un prototype signé Airbus arrive pour fin 2017

Tu imagines prendre un taxi volant pour rentrer de soirée? Un prototype signé Airbus arrive pour fin 2017

Ce n’est pas une blague, Airbus espère lancer son premier prototype de voiture volante monoplace pour fin 2017. L’objectif est de lancer l’engin dans les airs en 2021 pour de courtes distances. La voiture sera respectueuse de l’environnement et aura pour but de réduire le trafic dans les grandes villes.  

Dans Retour vers le Futur 2, Marty et Doc visitent les États-Unis à bord d’une voiture volante en 2015. Si les scénaristes du film était un peu optimistes quant à la sortie des premières voitures volantes, ils n’étaient pas si loin que ça de la réalité. En effet, Airbus a annoncé ce lundi à la DLD Tech Conference de Munich espérer lancer son premier prototype de voiture volante pour la fin de cette année. Il s’agit d’un prototype autonome à décollage et atterrissage verticaux, conçu dans le cadre du Projet Vahana. Un projet visant à tester la viabilité des transports urbains volants.

Le directeur général d’Airbus, Tom Enders, s’est exprimé lors de cette conférence à Munich, ses propos sont repris par Reuters: “Il y a 100 ans, les transports urbains se lançaient sous terre, maintenant nous avons les moyens technologiques pour exploiter les airs. Nous sommes en phase d’expérimentation, nous prenons ce projet très au sérieux”. Il espère ainsi organiser la première démonstration de vol vers la fin de 2017. Il va d’abord falloir développer un pilote automatique et une intelligence artificielle digne de ce nom.

Un moyen de transport avec beaucoup d’avantages

En plus d’être super classe, ce type de véhicule comporte son lot d’avantages. Premièrement, il respecte l’environnement, vu que son moteur marchera uniquement à l’électricité. Ensuite, il sera bénéfique pour le trafic urbain puisqu’il pourra transporter des personnes dans les airs, cela permettra de diminuer le nombre de véhicule au sol et ainsi désengorger les centres ville. De plus, ce genre de véhicule permettra de moins investir dans des travaux de voiries comme l’explique Tom Enders: “En volant, vous n’avez plus besoin de dépenser des milliards dans la construction de pont et de routes en béton”.

Enfin, pour cela il faut que les engins soient bien au point et qu’ils n’aillent pas se crasher dans les immeubles ou dans la circulation au sol. Le challenge d’Airbus sera donc de prouver au monde que son projet est sans risque pour les usagers. Par contre, ils n’ont pas besoin de prouver que leur projet est trop cool. Le futur, c’est pour bientôt!

Articles sponsorisés