Trump n’a légalement plus le droit de bloquer des gens sur Twitter

(Photo by Jaap Arriens/NurPhoto via Getty Images)

Si tu as été bloqué par Trump, bonne nouvelle, tu ne le seras bientôt plus! La justice américaine certifie qu’une telle pratique de la part du président est une violation de la constitution et du 1er amendement.

C’est la dernière décision en justice qui aura sanctionné Trump sur les réseaux sociaux. En 2017, sept personnes portaient plainte contre lui après qu’il les aient bloqués sur Twitter. Motif de plainte: en agissant de la sorte, le président des USA enfreint le 1er amendement, dédié à la liberté d’expression.

Twitter, lieu de débat

La cour fédérale de New York vient de leur donner raison. Principal argument: aujourd’hui, les comptes des politiciens sur les réseaux sociaux sont devenus le premier forum de débat de notre société.

“Cette décision assurera que des gens ne soient pas exclus de ces forums simplement à cause de leurs points de vue. Cela permettra d’assurer l’intégrité et la vitalité des espaces digitaux qui sont de plus en plus importants pour notre démocratie”, a ajouté Jameel Jaffer, directeur général du Knight Institute, spécialisé dans le 1er amendement.

Le fait que Trump finisse par bloquer des personnes et que ces dernières n’aient donc pas accès au débat sous les tweets du président constitue donc une discrimination basée sur l’opinion, comme l’a noté la justice américaine.

Les avocats du président ont bien essayé de contrecarrer les arguments de la défense, en avançant que ce compte était un espace personnel, mais à partir du moment où l’on est suivi par 61 millions de personnes, difficile de justifier cette vision des choses.

Ce n’est pas la première fois que la justice rend cette décision. On est ici en appel, et c’était donc la deuxième fois que Trump se retrouvait condamné à débloquer tout ceux qu’il a banni de son Twitter. Des comptes, comme @UnfollowTrump, proposent tout de même des copié-collés des tweets de Trump pour permettre de continuer à suivre l’actualité présidentielle.

Articles sponsorisés