Trump imprime les tweets de ses fans sur des pages A4 et les dédicace

EPA

Un homme avec beaucoup de temps devant lui.

Trump est en campagne et sait utiliser de moyens alternatifs pour tenter de se faire ré-élire. Après avoir débarqué sur Twitch, une pratique peu commune vient d’être révélée.

Pour plus de contexte, imaginez le compte Twitter de Donald Trump. Après, imaginez les réponses à ses tweets. Entre réponses énervées et fans farouches, le président a vite fait son choix.

“Thank you for everything”

Il apprécie tellement ses soutiens qu’il imprime les tweets qui marquent l’adhésion à sa politique. Mais ce n’est pas tout: après avoir utilisé de l’encre pour graver sur une feuille A4 le screenshot du tweet, il le signe et utilise l’argent du contribuable américain pour envoyer dans une enveloppe officielle l’image dédicacée. Pour preuve le post de Tomi Lahren, l’une de ses plus ferventes supportrices.

C’est déjà beaucoup à encaisser et un temps monstre que Trump consacre à ses soutiens. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. À plusieurs reprises, Donald Trump a affirmé lire la presse dans son intégralité, le bon comme le mauvais. Là où ça dérape, c’est quand on se rend compte qu’il a pris les feuilles des journaux pour TripAdvisor.

Newsadvisor

Régulièrement, Donald Trump envoie également les pages des articles qu’il a appréciés à leurs auteurs, pour leur signifier son contentement. Il lui arrive également de laisser une mauvaise critique aux magazinesqui ne l’auraient pas exposé au plus beau jour. Politico révélait ainsi qu’une journaliste de Vanity Fair avait reçu l’appréciation “mauvaise rédactrice”.

Trump va par contre devoir faire attention à ses lectures: fin 2017, un éditorialiste avait rédigé une critique acerbe du président, le traitant de loser et d’incompétent. Son titre, lui, pouvait laisser indiquer que le texte était favorable. Il se trouve que le président a arraché l’article d’une édition étrangère, l’a signé d’un “c’est tellement vrai” et l’a envoyé au journaliste concerné. Ironie ou bourde?

Une seule conclusion: Donald Trump a trop de temps à perdre.

Articles sponsorisés