Surprise: comme Facebook, Microsoft écoutait nos conversations

Microsoft

Au tour de Microsoft de faire son mea culpa. L’entreprise écoutait ses clients via leur Xbox. Des enregistrements audio par la suite analysés.

Comme Facebook ou encore Apple, Microsoft a cédé sous la pression et a révélé qu’elle écoutait ses clients en cachette. Dans le cas de Facebook c’était via Messenger, pour Apple c’était par l’intermédiaire de Siri.

Et comme pour Facebook, l’information a fuité grâce à des intermédiaires, les deux entreprises préférant sous-traiter le travail d’analyse de ces conversations. Une enquête de Motherboard a pu apporter plusieurs témoignages qui ont révélé ces pratiques.

Mais concrètement, comme faisait Microsoft et à quelle fin? Le but était bien sûr de récolter des données et de les revendre à des publicitaires principalement. Ici, c’est l’assistant vocal Cortana qui servait d’enregistreur. Il était déclenché de façon plus ou moins aléatoire.

A ses sous-traitants, Microsoft demandait la totale discrétion. En échange, un salaire misérable de 10 dollars de l’heure ainsi que l’accès gratuit à des jeux proposés par Xbox.

Des aveux à demi-mot

Face à ces fuites dans la presse, Microsoft n’a eu d’autre choix que de passer (timidement) aux aveux et s’est expliqué de manière pas tout à fait crédible: “Nous examinons occasionnellement un faible volume d’enregistrements vocaux envoyés d’un utilisateur Xbox à un autre, lorsqu’il est signalé qu’un enregistrement violait nos conditions de service et que nous devions mener une enquête. Ceci est fait pour assurer la sécurité de la communauté Xbox”, explique l’entreprise dans un communiqué. Qui assure également avoir modifié ses règles de confidentialité et qui jure qu’elle ne procède plus à ces écoutes “depuis plusieurs mois”.

Pour rappel, c’est la deuxième fois que Microsoft se fait épingler ce mois-ci. Début août, on apprenait que nos conversations Skype étaient également écoutées, là aussi via Cortana.

Depuis le printemps, tous les Gafam ont été touchés par ces accusations.

Articles sponsorisés