Starbucks a LA réponse parfaite face au décret de Trump: il va engager 10.000 réfugiés dans les cinq prochaines années

Starbucks a LA réponse parfaite face au décret de Trump: il va engager 10.000 réfugiés dans les cinq prochaines années

Face au décret de Donald Trump qui bloque l’entrée sur le sol américain aux citoyens de sept pays islamiques, Starbucks a décidé de prendre des mesures. Il vient d’annoncer qu’il engagera 10.000 réfugiés qui ont fui la guerre, les persécutions ou les discriminations d’ici les cinq prochaines années.

Quelle réaction magnifique. La chaîne de cafés Starbucks vient de s’engager à embaucher 10.000 réfugiés du monde entier dans les cinq prochaines années. Son but est évidemment de faire face au décret que Donald Trump a signé vendredi dernier. En bloquant l’entrée sur le territoire aux citoyens en provenance de sept pays musulmans pendant 90 jours, ainsi que leur admission au programme d’asile américain pendant 120 jours, Trump a créé la pagaille dans le pays.

C’est « avec une grande inquiétude, le cœur gros et une promesse ferme » que le PDG de Starbucks, Howard Schultz, a écrit une lettre ouverte à tous ses magasins partenaires. Le titre annonce déjà la couleur: « Faire vivre nos valeurs dans ces temps incertains ». Il poursuit en expliquant dans son texte: « Nous vivons dans une période sans précédent, un temps où […] la promesse du rêve américain est remise en cause ». Starbucks a décidé de prendre des mesures spéciales car ses employés sont, eux aussi, affectés par le décret.

Un soutien à ses propres employés

Pour ses employés, le groupe promet de faire « tout son possible pour les soutenir et les aider à surmonter cette période troublante ». Schultz explique que son président et chef d’exploitation Kevin Johnson, qui devrait reprendre le poste de directeur général cette année, commencera dès à présent à communiquer plus fréquemment avec tous les travailleurs. Il a « entendu l’alarme que tout le monde sonne », car les droits de l’homme « que nous avons tous pris pour acquis depuis si longtemps sont attaqués ». Sa solution sera d’instaurer « une forme de communication plus rapide et plus directe pour discuter avec vous des sujets qui nous concernent tous ».

Schultz pense surtout à ses partenaires et clients mexicains, puisque Donald Trump va construire un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il explique que la compagnie « aidera et soutiendra les clients mexicains, leurs partenaires et leurs familles ». À cause des restrictions à l’importation et des droits de douane plus élevés décidés par Trump, ils devront faire face à « un impact des sanctions commerciales sur leur business et leur confiance envers les Américains ». Et il promet que Starbucks « continuera à investir » au Mexique.

Un soutien à ses clients, peu importe d’où ils viennent

Dans le futur, le groupe s’engage aussi à embaucher « des personnes qui ont fui la guerre, les persécutions et les discriminations ». Et il lance cette promesse dans les 75 pays où il est présent. Aux États-Unis d’abord, Starbucks va commencer par recruter des réfugiés qui ont travaillé pour l’armée américaine, des interprètes par exemple. Il veut continuer à servir ses clients peu importe d’où ils viennent, « d’un pays chrétien ou d’un pays musulman ».

L’entreprise annonce également qu’elle remboursera l’argent que ses employés ont versé au programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals, ou Action différée pour les arrivées d’enfants), mis en place en 2012 par Barack Obama. Ce programme avait permis à plus de 750.000 réfugiés mineurs arrivés clandestinement sur le territoire américain d’obtenir un permis de séjour et de travail, sans être immédiatement expulsés vers leur pays d’origine.

Google, Apple, Facebook, Twitter, Uber, Airbnb aussi

Ce week-end, Google, Apple, Twitter, Facebook, Uber et d’autres grandes entreprises ont également réagi au décret de Trump et annoncé qu’ils prendraient des mesures pour protéger leur personnel. Airbnb va même mettre gratuitement des logements à disposition des gens qui se retrouvent bloqués. La solidarité se met en place, et ça fait chaud au cœur.

Getty images

Articles sponsorisés