« Si quelque chose se passe, blâmez le juge et les tribunaux »: Trump continue sa guéguerre contre la justice américaine

« Si quelque chose se passe, blâmez le juge et les tribunaux »: Trump continue sa guéguerre contre la justice américaine

Le président Donald Trump continue son bras de fer avec le système judiciaire américain. Il a déclaré hier soir sur Twitter que le juge fédéral James Robart, qui bloque son Muslim Ban, met l’Amérique « en péril ». Et si une attaque terroriste a lieu, les Américains devraient tenir Robart et les tribunaux pour responsables. 

« Je n’arrive pas à croire qu’un juge mette notre pays dans un tel pétrin. Si quelque chose se passe, blâme le [ndlr: le juge fédéral qui a suspendu son Muslim Ban] et le système judiciaire », voici ce que le président américain Donald Trump a déclaré hier soir sur Twitter. Pour lui, « des personnes mauvaises et dangereuses » continuent « de se déverser » aux États-Unis, et mettent en péril la sécurité nationale. Bref, il défend toujours bec et ongle son décret anti-immigration, et essaye à tout prix de rallier les Américains à sa « bonne » cause.

Pourtant, la justice est contre lui. Le juge fédéral de Seattle, James Robart, a suspendu ce week-end et à l’échelle nationale son décret qui interdit temporairement les citoyens en provenance de sept pays musulmans d’accéder au territoire américain. Parce que cette mesure est tout simplement contraire à la Constitution américaine, et que le Président n’est pas au-dessus des lois.

« Tous les moyens légaux »

Entre-temps, l’administration Trump a indiqué qu’elle utiliserait « tous les moyens légaux » pour rétablir le Muslim Ban. Le ministère de la Justice a commencé sa bataille en faisant appel du jugement, mais une Cour d’appel de San Francisco l’a rejeté dimanche matin. Son vice-président, Mike Pence, a également défendu le décret dans une série d’interviews ce week-end. Il a assuré à Fow News: « Nous allons continuer à maintenir cet ordre et aller de l’avant pour prendre les mesures nécessaires pour protéger notre pays ». Mais quid du respect de la séparation des pouvoirs entre le président et la justice? Mike Pence ne croit pas que les attaques de Trump contre le juge fédéral constituent une menace. Il l’a d’ailleurs qualifié de « soi-disant juge » qui a rendu une décision « ridicule ». Sympa.

Washington et le Minnesota ont été les deux premiers États à remettre en cause la constitutionnalité du décret, mais d’autres devraient suivre dans les prochains jours. De son côté, Trump va certainement faire à nouveau appel ce lundi. Son appel pourrait être à nouveau bloqué, mais certains pensent que le processus prendra, cette fois, plus de temps. Bref, le combat judiciaire est bien en marche et pourrait se finir à la Cour suprême américaine. D’autant plus que Trump est confiant et déterminé: « Nous allons gagner. Pour la sécurité de notre pays, nous allons gagner », a-t-il assuré à des journalistes lors d’un gala en Floride.

Articles sponsorisés